Une braise sous la cendre tome 2

Bonjour les lecteurs! Aujourd’hui, je vais vous donner mon avis sur le deuxième tome d’Une braise sous la cendre par Sabaa Tahir. J’avais beaucoup apprécié le premier volume de cette saga de fantaisie il y a quelques mois, alors j’avais bien hâte de poursuivre ma lecture! Pour les intéressés de cette série, faites gare au résumé, car il contient des divulgâcheurs du tome précédent.

Suite à la victoire de Marcus comme empereur, Elias et Laia sont officiellement considérés comme des criminels recherchés dans l’Empire. En fuite, ils tentent de rejoindre la prison de Kauf afin d’y libérer le frère de la jeune femme. Pendant ce temps, Helene, désormais Pie de sang, est chargée de retrouver les fugitifs et de les ramener à Marcus. Restera-t-elle loyale à l’Empire? Quelles sont les véritables intentions de la Commandante et de Marcus? Elias et Laia se feront-ils attraper? Réussiront-ils à libérer Darin?

Ma lecture de ce deuxième tome d’Une braise sous la cendre ne m’a pas du tout déçue. En fait, j’ai passé un excellent moment et je me suis surprise à plusieurs reprises à passer au travers d’une centaine de pages sans trop m’en rendre compte. Toutefois, certains points que j’avais grandement appréciés dans le tome précédent étaient un peu moins marquant dans celui-ci.

Tout d’abord, je dois dire que l’histoire a un excellent rythme. Souvent, les deuxièmes tomes de saga sont victimes de la malédiction de la lenteur et de la tombée dans les rebondissements : ce n’est pas du tout le cas ici. Dès les premiers chapitres, on est plongé dans de nouveaux événements et dans une intrigue bien dirigée. Cela a pour avantage de faire de ce deuxième tome une reprise très légère, car parfois, lorsqu’on continue à lire une saga des mois plus tard, on peut trouver difficile de s’y replonger.

Bien que l’histoire se dirige clairement dans vers un schéma assez classique, avec toute une histoire de rébellion, je dois dire que c’est fait de façon à ce qu’on n’en souffre pas. L’intrigue, ficelée au quart de tour, ne nous donne pas le sentiment d’avoir déjà rencontré un tel schéma alors que ce n’est pas non plus la réinvention de la roue. Selon moi, c’est grandement dû à l’alternance des points de vues qui permettent d’approfondir des différents enjeux de l’univers qui en est étoffé.

Cependant, comme je vous l’ai esquissé un peu plus tôt, certains points forts du premier volet d’Une braise sous la cendre ne se sont pas transmis dans le tome actuel. En effet, j’avais premièrement trouvé que chacun des chapitres se terminait sur un cliffhanger : c’était le cas ici aussi, mais pas de façon aussi systématique. Ensuite, j’avais grandement apprécié l’évolution des personnages si on les comparait entre le début et la fin. Malheureusement, à l’exception d’Helene, j’ai trouvé que les progrès étaient légèrement figés avec cette suite. En soit, comme le reste du livre étant largement à la hauteur, je ne vois pas ces aspects comme négatifs étant donné qu’ils ajustent les aspects mentionnés à un stade neutre. La seule chose, c’est que la neutralité comparée au plus que positif, ça sort un peu négatif! Mais bon, on s’entend, ce n’est pas grand chose, surtout si on considère que pour moi, c’est très certainement une série qui viendra se hisser aux plus hauts niveaux.

Tout comme le premier tome, Une flamme dans la nuit nous laisse sur une belle fin qui donne envie de lire la suite. Malgré quelques cahots, ce deuxième tome nous mène dans une histoire à la hauteur du premier tome. Je trouve dommage de ne pas m’être consacrée à cette saga plus tôt, car bien qu’elle ai certainement reçu beaucoup de succès, elle est en mérite encore plus!

Merci à Interforum Editis Canada pour l’envoi de ce roman!

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *