Regardez-moi dans les yeux

Bonjour les lecteurs! Avec l’été qui arrive, je commence enfin à sentir un appel important de la part des romans contemporains et c’est pourquoi je me suis attaquée à Regardez-moi dans les yeux par Laura Zimmerman. Si vous êtes du côté de l’Europe, il s’agit du même livre que De l’importance de savoir rebondir, publié chez Gallimard Jeunesse.

Greer a beau être forte en math, personne ne s’attarde à cet aspect précis de sa personne. En effet, elle a la poitrine très développée : garçons et filles agissent tous en fonction de ce rempart physique imposant. Alors qu’un certain Jackson déménage dans sa ville et qu’elle commence à ressentir l’envie de faire plus que supporter ses seins, Greer devra apprendre à vivre avec le regard des autres – et surtout avec le regard qu’elle se porte à elle-même.

Regardez-moi dans les yeux a pour le moins été une très bonne lecture. Je m’attendais en effet à apprécier, mais je ne pensais pas que cela allait autant être le cas : pour tout vous dire, j’ai lu ce livre en un peu moins de 24h. Et il fait 350 pages, donc on ne peut même pas dire que c’est parce que c’est un tout petit livre!

La thématique abordée était selon moi très pertinente et importante pour de nombreuses jeunes adolescentes (bon, je dis ça, et je pense que beaucoup de garçons bénéficieraient aussi d’être sensibilisés sur le sujet). N’étant pas moi-même dans une situation semblable à celle de Greer, j’ai pu mieux comprendre ce que cela pouvait être sur une base quotidienne. Et pour celles dont c’est la réalité, je suis absolument certaine que c’est un roman qui vous fera sentir comprise et écoutée. En effet, même pour le reste des événements qui ont ponctué la vie de Greer, j’ai trouvé que c’était très réaliste. Trop souvent, les protagonistes “adolescents” des romans young adult se comportent comme s’ils étaient dans le début de la vingtaine. Ici, j’avais vraiment l’impression de me retrouver dans la peau d’une Greer de seize ou dix-sept ans, et c’est principalement cela qui m’a surprise dans ma lecture. Je ne m’attendais pas du tout à tomber sur un personnage si authentique, avec des comportements si adolescents et actuels.

Dans ordre d’idées semblables, j’ai apprécié les personnages secondaires et les relations qu’ils entretenaient entre eux ou avec Greer. De la même façon, j’avais l’impression que la petite romance était réaliste pour une histoire d’amour entre deux élèves de l’école secondaire. Et j’ai même adoré aller à la rencontre de la petite soeur de Jackson ou même les amies de Greer, qui étaient un ajout sincère et délectable au récit.

Le seul bémol à ma lecture a plutôt été au niveau de la traduction. Comme je vous l’ai mentionné plus tôt, Regardez-moi dans les yeux est paru en France sous le titre De l’importance de savoir rebondir. Je ne suis pas du tout dans le secret des dieux de l’éditions, mais au cours de ma lecture, j’avais l’impression qu’on avait pris la version française, puis qu’on y avait modifié quelques termes précis pour les rendre plus “québécois”. Le problème, c’est que cela créait un aspect très irrégulier dans le roman, et j’avais vraiment l’impression de voir la traduction plutôt que de lire tout simplement l’histoire comme ce n’était pas le cas pour toutes les expressions. De plus, je n’ai pas du tout compris pourquoi on disait cégep plutôt qu’université : je comprends que c’est ce qui vient après le secondaire au Québec, mais l’histoire prenant place au États-Unis, cela ne fait tout simplement aucun sens! Le collège américain, c’est l’équivalent de l’université : je ne pense pas qu’on devrait adapter ainsi une histoire mais bien seulement la traduire. Mais bon, même si cela m’a choquée, cela n’affecte pas mon appréciation de l’histoire, qui reste, après tout, la raison pour laquelle on lit un livre. Avec un message d’acceptation corporelle en plus, ça ne peut être qu’un oui pour moi!

Merci aux éditions Petit Homme pour l’envoi de ce livre!

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *