Le Dernier Magicien tome 1

Bonjour à tous! Ces derniers jours, je me suis attaquée au premier tome de la saga du Dernier Magicien par Lisa Maxwell. Cela faisait quelques années que le premier tome m’avait tapé dans l’oeil en raison de sa magnifique couverture et des tonnes de bons commentaires que j’avais vus passer sur YouTube et Instagram, alors j’étais plus que contente de mettre mes mains dessus!

Qui aurait cru que New York, et plus précisément Manhattan, était un au lien du monde de la magie? Esta, adolescente d’aujourd’hui, a appris auprès de son énigmatique professeur depuis sa tendre enfance comment maîtriser ses pouvoirs et plus particulièrement le voyage dans le temps. En effet, cette faculté pourrait bien être la clé de voûte au problème que représente la Barrière, le rempart énergétique dont ceux qui tentent de le trespasser risquent la perte de leurs pouvoirs – ou la mort. Malencontreusement coincée en 1902, Esta n’a plus qu’une solution pour revenir à son époque et vaincre les sombres desseins du groupe maléfique de l’Ordre : trouver le précieux livre de l’Ars Arcana. Parviendra-t-elle à dérober le puissant artéfact et à revenir à son époque?

Ma lecture du Dernier Magicien a été pour le moins surprenante. Je n’ai pas du tout été aussi charmée par ce roman fantastique que ce à quoi je m’attendais, et ce, pour plusieurs raisons. Toutefois, je dirais que c’est plus un sentiment que je ressens en raison de mes goûts personnels que par rapport au livre en lui-même, que je considère, avec un regard objectif, comme de bonne qualité.

En effet, je n’ai pas tellement accroché à l’intrigue et à l’univers magique du Dernier Magicien. En tant que tel, la recherche d’un artéfact perdu est intéressant : seulement, dans ce cas précis, je n’ai pas vraiment apprécié le système de magie qui l’entourait, ni la façon avec la quête s’est développée. On aurait dit que malgré mon intérêt pour la période historique à laquelle ce tome se situe, cela n’a pas rejoins mes cordes. C’est la même chose pour les personnages, qui, bien qu’ils auraient bénéficié de personnalités un peu plus différentes les uns des autres, n’avaient “rien” de mal en tant que tel.

Peut-être pourrait-on spéculer que si je n’ai pas accroché au livre, c’est parce que son début n’était pas assez intéressant. Bon, je l’avoue, plus de contexte par rapport à la vie d’avant d’Esta n’aurait pas fait de tort. Mais outre cela, Lisa Maxwell a littéralement commencé son roman avec de fracassantes aventures, puis le profilage d’une romance enemies-to-lovers. Les chapitres étaient très courts, de façon à ce qu’il soit aisé de progresser dans le récit. C’est un gros plus pour un livre de presque 650 pages! Puis, la fin s’est probablement révélée à être mon moment préféré du livre. J’ai ressenti un petit malaise pour l’un des retournements de situation en particuliers, mais la toute dernière page m’a convaincue au niveau de la poursuite de l’intrigue dans un deuxième tome.

En d’autres mots, le Dernier Magicien n’est pas un livre parfait, mais il objectivement, je pense que c’est un bon livre, car j’ai vu tous les bons éléments se construire au fil de ma lecture. Le seul problème que j’ai eu avec ce roman est donc plus au niveau de mes goûts personnels et de mon mood lecture au moment précis où j’ai choisi de sortir ce livre de ma pile à lire : je revenais tout juste de plusieurs coups de coeurs, donc forcément, on compare inconsciemment les expériences. Bref, si vous trouvez que le résumé de ce livre vous appelle, je vous confirme que c’est un livre d’assez bonne qualité, et qu’il vaut la peine de découvrir pour tenter sa chance. Pour ma part, le timing et les particularités entièrement subjectives comme l’appréciation de l’univers en tant que tel n’ont pas joué en ma faveur!

Merci à Flammarion Québec pour l’envoi de ce roman!

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *