La racine carrée de l’été

Hello tout le monde! Aujourd’hui, je vous retrouve enfin pour vous parler d’une lecture typiquement estivale : il s’agit donc de La racine carrée de l’été par Harriet Reuter-Hapgood. J’avais trouvé ce livre en usagé l’automne dernier, et la couverture rafraîchissante avait immédiatement fait clic dans ma tête afin de m’établir une pile à lire de l’été contemporaine. Voici donc ce qu’il raconte : 

Cela va bientôt faire un an que le grand-père de Gottie est décédé, et elle n’en est toujours pas remise. D’autant plus que l’événement coïncide avec sa rupture avec son petit copain de l’époque… Alors que son meilleur ami d’enfance refait surface, Gottie tentera d’éclaircir la situation entourant une absence de souvenirs liée à son passé. Et si les maths pouvaient l’aider?

Je vous l’annonce d’emblée : si je m’attendais à une lecture assez simple avec la couverture estivale, je ne pensais pas rencontrer des principes mathématiques si compliqués accompagnés d’une histoire aussi banales qu’incompréhensible. On part à la rencontre de Gottie, génie des maths bien ennuyante dont la personnalité n’a aucune saveur autre que celle servant l’avancement du récit. Chaque fois qu’elle évoquait son théorème qu’elle construisait, qui m’a d’ailleurs beaucoup fait penser au roman Le théorème des Katherine que j’ai lu très récemment, on me perdait dans les descriptions et de ce fait, dans la ligne du temps du récit. En effet, on a affaire à beaucoup de flashbacks, et je ne suis pas certaine, encore à ce moment, comment l’histoire se déroule dans les grandes lignes ou même quels sont les détails du dénouement. De quoi vous dire que c’était une lecture marquante…

De plus, je dois dire que les thèmes abordés, que ce soit ceux de l’amour ou du deuil, ne sont pas particulièrement touchants. Dans les faits, après avoir fini de lire mon livre, j’ai rapidement oublié sa substance comme elle n’était pas vraiment marquante. Je dois accorder des points à la facilité de lecture de ce roman, mais outre cela, je ne pense pas que La racine carrée de l’été vous marquera profondément (mais, cela peut toujours être ce que l’on recherche!)

Anne

1 Commentaire

  • avatar Lucie P. Gosselin dit :

    Lecture qui sort de tes lectures habituelles et dont tu ne resteras pas marquée dans l’avenir….

    La couverture t’a peut-être plus impressionnée que le texte ou la substance
    comme tu dis si bien…

    Livre à ranger tout simplement….Même à oublier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *