La chronique des Bridgerton tome 2

Hello les lecteurs! Aujourd’hui, je vous retrouve sur le blogue pour vous donner mon avis sur le deuxième tome de la chronique des Bridgerton par Julia Quinn. Comme vous le savez peut-être, j’avais été grandement surprise par mon appréciation du premier tome, et j’ai eu beaucoup de difficulté à attendre ne serait-ce que quelques jours, question de lire un livre d’un autre genre entre les deux, avant de me mettre à la suite.

Anthony Bridgerton, réputé libertin, a enfin décidé de se marier. L’annonce enflamme la chronique mondaine de Lady Whistledown et les espoirs des mères de filles à marier, mais le futur vicomte n’en fait pas un tel cas. En effet, il a décidé d’épouser Edwina Shieffeld, la reine de la saison. Cependant, sa soeur aînée, Kate, risque de brouiller les cartes : elle ne laissera pas sa cadette épouser quiconque sans son autorisation. Comment Anthony convaincra-t-il Kate de passer par dessus sa médiocre réputation?

Je vous le donne en mille : j’ai a-do-ré ma lecture. Si je n’étais pas encore certaine, après ma lecture du premier tome, si j’allais assez garder cette saga en tête pour m’assurer du coup de coeur, l’histoire d’Anthony m’a convaincue. Pour vous faire une petite idée, j’ai commencé et terminé ce livre dans la même journée. Et il fait pratiquement 400 pages!

Tout d’abord, malgré mes appréhensions, j’ai tout autant sinon plus aimé les aventures d’Anthony que celles de Daphné. Forcément, comme j’avais écouté la série Netflix qui s’inspirait principalement de l’histoire de ce tome, l’aspect “surprise” était considérablement diminué. Toutefois, je ne savais pas à quoi m’attendre du deuxième livre, don je n’ai qu’encore plus apprécié l’intrigue! Bien sûr, je m’imagine qu’une personne n’ayant pas écouté la série aurait ce tel coup de coeur pour l’histoire, ses revirements de situation et son contexte adorable avec le premier tome, mais pour ma part, j’ai mesuré la grandeur de cet aspect seulement avec le livre d’Anthony. Et ça valait la peine!

En effet, bien qu’on se doute un peu de la finalité de l’histoire lorsqu’on la commence, la mise en place est néanmoins originale et agréable à découvrir. C’est certainement une situation qui crée des conflits des plus captivants, et ma lecture rapide peut vous le prouver. Je vous jure que lorsque j’essayais de poser mon livre pour aller dormir, je n’étais pas capable! Julia Quinn m’arrivait systématiquement avec une nouvelle scène qui me surprenait, me faisait rire ou qui m’émouvait. Comme je vous l’avais mentionné dans ma critique pour le premier tome, je ne pensais jamais autant apprécier le genre de la romance ou de la romance historique, car je me disais de façon subconsciente, je l’avoue, que les livres devaient forcément être de “bas niveau” (alors qu’aucun livre n’est meilleur que les autres, je le répète). Et bien, La chronique des Bridgerton m’aura prouvé tout le contraire : la romance n’a rien à enlever aux autres genres littéraires. Une chose qui est certaine, cette saga est des mieux construites!

Les personnages de ce roman sont également un autre point fort. Ils évoluent d’un bout à l’autre du roman et on ne peut faire autre chose que de s’y attacher. De plus, c’est très agréable de se plonger plus précisément sur l’histoire d’un autre enfant : comme chacun des tomes de cette série est sur ce modèle, aucun essoufflement ne se présage à l’horizon. Non, je n’ai rien d’autre à dire que c’était un excellent roman… et malgré tous mes efforts pour garder un momentum d’alternance entre les genres littéraires avec mes lectures, je sens que celui de mon coup de coeur pour Bridgerton a pris le dessus. Je suis au moment d’écrire ces lignes en plein dans ma lecture du troisième tome, qui se révèle déjà tout autant addictif!

Merci aux éditions Flammarion Québec pour l’envoi de ce roman!

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *