Un palais d’épines et de roses tome 1

Mon appréciation

10 Qualité de l’intrigue

10 Cohérence du schéma narratif

10 Clarté du texte

10 Respect du genre

10 Appréciation de la trame narrative

Prenez note que 10 est excellent et 0, médiocre.

Bonjour tout le monde! Aujourd’hui, je vous reviens avec l’une de ms lectures les plus anticipées de 2019 (ou même des deux dernières années). Je ne me souviens plus de la première personne dont j’avais entendu parler de la fameuses série ACOTAR, mais je me souviens que j’avais immédiatement eu envie de la lire. Deux ans plus tard, j’ai enfin eu la chance de commencer Un palais d’épines et de roses par Sarah J. Maas. Comme je sais que c’est une auteure qui polarise un peu la communauté livresque, j’ai décidé de ne pas me faire d’attentes par rapport aux avis que j’ai entendus. J’ai donc essayé de me replonger dans mon mood lorsque j’en ai entendu parler la première fois… Bref, voici le résumé de ce livre, qui est soit dit en passant à la base une réécriture du conte de la Belle et la Bête. Mais bon, il faut prendre « réécriture » avec un grain de sel et faire attention au « à la base ».

Depuis quelques temps, la famille autrefois fortunée de Feyre n’a plus à manger. L’adolescente doit donc partir à la chasse pour ramener de la nourriture à ses deux soeurs et à son père. Un jour, alors qu’elle chassait dans les bois, Feyre abat un immortel par erreur. Comme conséquence, elle doit aller vivre à Prythian, le pays des immortels, ou plus précisément à la Cour du Printemps. Celle qui vivait une existence de misère habite maintenant dans un palais, qui se révèle à être une cage dorée. Alors que Feyre tente de retourner chez elle à tout prix, elle apprend que les immortels sont atteints d’un mal qui affecte leur magie. Voudra-t-elle les aider malgré le fait qu’ils soient les ennemis des humains? Quelle est la source du mal?

J’ai beaucoup, beaucoup, beaucoup aimé ce livre. Malheureusement, je n’ai pas pu le dévorer autant que je l’aurais voulu, car je l’ai lu en voyage (c’étaient de très belles vacances malgré tout, ne vous inquiétez pas). Au départ, j’ai trouvé le monde assez complexe, mais il est d’autant plus intéressant au fil des pages parce qu’on a l’impression de faire partie d’un univers, d’être dans une confidence. Vous savez, ce feeling quand on découvre un monde de fantasy bien mieux que notre vie ordinaire? C’est ce que j’ai vécu avec ACOTAR. Par contre, je vois tout à fait pourquoi certains ne trouvent pas ce livre très bon puisque cela prend un bon 100-150 pages pour placer l’intrigue et comprendre le monde. Je n’ai qu’un conseil : persistez! Cela en vaut définitivement la peine, et je suis contente d’avoir pris plus de temps à saisir l’univers pendant ma lecture. Ais-je besoin de vous préciser que je suis présentement en book hangover? Je ne peux plus rien lire d’autre que la suite de ce livre. Une chance que mon amie Véronique du compte insta chercheusedetresors est dans la même situation que moi, comme ça on peut se soutenir entre lectrice éplorées!

Un autre élément que j’ai beaucoup aimé dans ce livre sont les personnages. Bien que Feyre soit l’héroïne classique de fantasy, autre chose qui peut certainement en agacer plusieurs (sauf moi car je suis nunuche des fois), son évolution marquante et son courage font d’elle un personnage inoubliable. Je dois aussi vous mentionner à quel point les personnages secondaires sont adorables! J’ai vu comment chaque détail était important et cela contribue d’autant plus à me sentir privilégiée de découvrir une histoire comme celle-ci. Sans parler de la romance… wahou! J’en rêve encore.

J’ai aussi apprécié les références à la Belle et la Bête, mais il est certain que ce n’est qu’un point de départ pour une histoire tout autre. Je ne serais pas surprise que les similarités se retrouvent seulement dans le premier tome!

Je peux enfin dire que j’ai moi aussi lu ACOTAR (ou du moins, que j’ai lu le premier tome). Je sens que de bonnes lectures sont à venir et selon moi, c’est l’un des meilleurs feelings! Êtes-vous de mon avis? Répondez-moi en commentaires!

Merci à Interforum Editis Canada pour l’envoi de ce roman!

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *