Un palais de glace et de lumière

Bonjour à tous! Dans l’article d’aujourd’hui, je vais vous donner mon avis sur le tome « 3.5 » de la série Un palais d’épines et de roses. En effet, Un palais de glace et de lumière (aussi appelé ACOFAS, de son acronyme anglophone) vient faire le pont entre la série originale d’ACOTAR, qui contient 3 tomes, et une nouvelle trilogie qui suivra des personnages différents. Les rumeurs parlent de Nesta, la soeur de Feyre). Il s’agit donc en quelque sorte d’un tome « bonus » dont Sarah J. Maas nous fait cadeau! Étant donné qu’il se déroule après les événements du tome 3, cet article contient des spoilers.

Depuis que la Cour de la Nuit et leurs alliés ont gagné la guerre contre Hybern, Feyre vit avec Rhysand à Velaris. Bien que tous leurs amis soient encore en vie après les affrontements, leur moral est au plus bas. Pas même les festivités du solstice d’hiver ne réussissent à les distraire de la révolte qui plane chez les soldats illyriens… Rhysand et Feyre trouveront-ils du temps pour se voir malgré leur grande charge de travail? Pourquoi Nesta s’est-elle repliée sur elle-même? Qu’adviendra-t-il de la bande d’amis, plusieurs mois après une guerre déchirante?

À ma grande surprise, la lecture d’Un palais de glace et de lumière n’a pas été transcendante. Étant donné que les trois tomes de la première trilogie ont été des 5 étoiles, avec ce tome 3.5, je m’attendais en quelque sorte à une lecture « bonbon ». Malheureusement, l’atmosphère n’était pas tout à fait au rendez-vous. C’est bizarre à dire, mais étant donné que la guerre est terminée, les personnages n’ont pas grand chose envers quoi lutter. Autrement dit, il n’y a pas vraiment de quête dans ce livre. J’avais pratiquement l’impression de lire un contemporain, car on suivait littéralement l’histoire de Rhysand, Feyre et leurs amis. Ce livre est beaucoup plus tourné vers les personnages, mais comme ils ne font « qu’être », ils ne continuent pas vraiment à évoluer. Au final, on aurait dit qu’ils s’étaient transformés en de pâles copies d’eux-mêmes, alors qu’ils sont habituellement tous profonds et authentiques. D’autant plus que dans ce tome, SJM nous arrive avec une narration alternée sortie de nulle part… Si vous me connaissez depuis longtemps, vous savez que je n’étais jadis pas la plus grande fan de ce genre de narration, mais qu’aujourd’hui, cela ne me pose plus vraiment problème. Cependant, étant donné que tous les tomes précédents étaient racontés par Feyre, j’ai trouvé subitement un peu bizarre de suivre les personnages chacun leur tour. Comprenez ici qu’en plus, les chapitres de Feyre sont à la première personne et ceux des autres à la troisième… Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais cela me donne l’impression que ce livre est éparpillé. SJM voulait-elle le sortir à tout prix?

Malgré ces quelques problématiques, j’étais loin d’être fâchée de retrouver mes personnages chouchous, même s’ils n’étaient pas à leur meilleur. On voit vraiment, avec l’histoire qui se déroule durant ce tome, que l’auteure mettait les bases pour la prochaine trilogie. Bref, la lecture d’ACOFAS a été moyenne, mais je suis certaine que ce tome se révélera bien utile et significatif lorsqu’on lira la suite de cette histoire. Qu’avez-vous pensé de ce tome?

Merci à Interforum Editis Canada pour l’envoi de ce roman!

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *