The Winner’s Curse tome 2

Hello les lecteurs! Avec la reprise des cours, j’ai eu un peu moins de temps à consacrer à la lecture ces derniers temps. Heureusement, je compte mieux planifier mon temps et me faire un horaire de lecture plus efficace pour les semaines à venir! Dans tous les cas, je reviens sur le blogue aujourd’hui pour vous donner mon avis détaillé sur le deuxième tome de la trilogie The Winner’s Curse par Marie Rutkoski, plus connue sous le simple titre du premier tome : The Curse. Voici le résumé :

Depuis la prise d’Herran par les Valoriens, la vie de Kestrel a changé du tout au tout. Pour sauver sa peau, elle a passé un marché avec l’Empereur : au solstice d’été, elle devra épouser son fils le prince, Verex. Pendant ce temps, Arin est devenu le gouverneur de son peuple. Leur rencontre à la cour engendrera-t-elle de nouveaux ennuis pour les deux jeunes ennemis? À moins qu’ils n’en soient pas vraiment… Kestrel va-t-elle réussir à se défiler de son mariage? De quel côté penche-t-elle : les Valoriens ou les Herranis? Quel est le destin de ce peuple opprimé?

Je suis passée par plusieurs émotions lors de ma lecture de The Crime. Marie Rutkoski a encore réussi à me surprendre sur plusieurs aspects, mais ce deuxième tome confirme également quelques points plus négatifs qui m’avaient titillé durant le premier tome.

En effet, The Winner’s Curse est sans aucun doute un gros bébé. Ce livre frôle les 550 pages et, au final, je ne sais pas si chacune d’entre elles étaient réellement nécessaires. Si vous avez lu mon avis du premier tome de cette trilogie (disponible ici), vous devez savoir que je lui avais reproché quelques longueurs, en particulier durant la première moitié de l’histoire. À nouveau, j’ai eu cette impression, mais plutôt avec la partie centrale du roman. Comme il y avait un gros cliffhanger à la fin du tome précédent, le début était passionnant et m’a happée très rapidement. Ensuite, j’ai senti le rythme ralentir et même si la construction de l’univers et des sous-intrigues était bien présente, cela a créé un creux dans ma lecture. Une fois arrivée au dénouement final, la vitesse des révélations reprend du galon et a sauvé The Crime de la déception. Personnellement, cela me confirme que la justesse du rythme est l’une des faiblesses de Marie Rutkoski : toutefois, cela ne m’a pas empêché de trouver la fin encore une fois époustouflante.

L’intrigue de cette trilogie est pour le moins imprévisible. Je vous assure que c’est un scénario que je n’arriverais jamais à envisager : entre la romance impossible, les conquêtes des Valoriens et un peuple opprimé, plusieurs noeuds de l’histoire sont tout à fait passionnants. Chaque fois, je me demande comment Marie Rutkoski va nous sortir de tels guêpiers, pour vous dire à quel point cela m’épate. Comme je l’ai mentionné précédemment, la fin était à la hauteur de celle du premier tome et me laisse encore une fois languissante de la suite. Un chance qu’elle est déjà dans ma pile à lire!

Je ressors malgré tout un peu mitigée de cette lecture. Évidemment, les longueurs y sont pour beaucoup, mais aussi parce que, malheureusement, les personnages de Kestrel et Arin sont un peu plus clichés dans ce deuxième tome. Selon moi, c’était très acceptable dans le premier volet, mais ici, j’ai trouvé que cela commençait à tourner un peu plus autour des stéréotypes. Étant tout de même capable de faire abstraction de ce genre de personnages, j’ai fini par apprécier ma lecture. Le dernier tome de la série sera sans aucun doute définitif pour mon avis global de la série, mais jusqu’ici je recommande tout à fait malgré quelques lacunes. Ce n’est pas la trilogie du siècle, mais c’est certain que vous passerez un bon moment.

Merci à Interforum Editis Canada pour l’envoi de ce roman!

Anne

2 Commentaires

  • avatar Lucie P. Gosselin dit :

    Je vois que tu es rendue spécialiste en lecture pour aller en profondeur du texte
    .
    Aussi, que les longueurs et les points négatifs t’ont fait sourciller mais, la fin a gagné des points finalement…..

    Déçue aussi des personnages également.

    Tu as passé quand même, des bons moments. Bravo, tu ne cesses de m’étonner

  • avatar Lucie P. Gosselin dit :

    Je vois que tu es rendue spécialiste en lecture pour aller en profondeur du texte
    .
    Aussi, que les longueurs et les points négatifs t’ont fait sourciller mais, la fin a gagné des points finalement…..

    Déçue aussi des personnages également.

    Tu as passé quand même, des bons moments. Bravo, tu ne cesses de m’étonner

    Je vois que tu es rendue spécialiste en lecture au point d’aller en profondeur du texte..

    Aussi, les longueurs et les points négatifs t’ont fait sourciller mais la fin a gagné des points finalement….

    Déçue aussi des personnages….Mais tu as passé quand même de bons moments….

    Bravo! Et tu ne cesses de m’impressionner….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *