The strange and beautiful sorrows of Ava Lavender

Bonjour les lecteurs! Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler de ma lecture du roman The strange and beautiful sorrows of Ava Lavender par Leslye Walton. C’est un livre que je voulais lire depuis assez longtemps étant donné que c’était le roman préféré de la booktubeuse A clockwork reader, que je suivais il y a quelques années. De quoi vous dire que lorsque je l’ai vu passer en usagé, je n’ai pas hésité à le saisir pour le tester!

Ava a toujours été spéciale : elle est née avec de magnifiques ailes dans le dos. Cependant, la magie ne court pas dans sa famille uniquement depuis sa naissance… En effet, lorsque sa grand-mère a émigré de la France aux États-Unis au début du XXe siècle, elle comptait déjà en elle une petite touche de surnaturel. Comment la famille d’Ava est-elle parvenue à devenir cette curiosité de magie?

Ma lecture de The strange and beautiful sorrows of Ava Lavender a été pour le moins surprenante. En effet, il faut dire que je m’attendais à découvrir un petit contemporain : c’était en réalité un roman fantastique (bien que cela ne prenne pas une place énorme, c’est-à-dire que les lecteurs de contemporain pourraient se plaire aussi) qui se passait du début du XXe siècle jusqu’à l’après-guerre. Si j’ai apprécié l’atmosphère puissante de ce roman, en raison de la belle écriture de Leslye Walton ainsi que le caractère intergénérationnel, je dois dire que certains moments accordés à certains personnages me semblaient vraiment moins intéressants… notamment à partir de la deuxième génération.

Autrement dit, j’ai apprécié des personnages plus que d’autres, et on aurait dit que j’aurais pratiquement mieux aimé un roman entier à propos de la grand-mère originale. Il faut aussi dire que plus on avance dans l’histoire, plus on se demande ce qui en est le fil conducteur. Certes, on cherche à savoir quel est le passé de la famille d’Ava, mais en même temps, cela n’amène pas à grand chose comme ce n’est pas une “enquête”. En bref, c’était un peu une “non-histoire” pour moi. Durant quelques passages, j’étais plus investie, mais au final, je n’ai pas du tout repensé à ce roman après l’avoir refermé. Il peut vous faire passer un bon moment, mais il n’a rien d’une pépite qui ressortira au bilan de fin d’année!

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *