The Girl King

Bonjour les lecteurs! Aujourd’hui, on se retrouve pour discuter d’un livre qui a traîné beaucoup trop longtemps dans ma pile à lire… Je parle bien de The Girl King par Mimi Yu. Pour la petite histoire, j’avais acheté ce livre en août 2019. Deux ans plus tard, j’ai cru qu’il était bon de ne pas le laisser moisir plus longtemps dans ma bibliothèque!

Lu a toujours cru que ce serait elle qui succéderait à son père au sommet de l’empire. Malheureusement, lorsqu’elle est enfin en âge de gouverner, celui-ci la promet à son cousin – qui deviendra du même coup l’empereur à sa place. Alors que Lu tente à tout prix de récupérer ce qui lui est dû, sa petite soeur Min commence aussi à se questionner sur sa position dans ce schéma de pouvoir. Lu épousera-t-elle vraiment son cousin? Quelles sont les intentions de Min? Quel est le destin des soeurs Lu et Min?

Si j’ai trouvé que The Girl King se lisait assez facilement pour un roman de fantaisie, je ne vais pas du tout garder un souvenir marquant de cette lecture. En effet, plusieurs éléments on fait de mon expérience un moment d’indifférence loin d’être mémorable.

En général, j’ai trouvé le concept accrocheur. Les 200 premières pages étaient originales, mais plus on se rapprochait de la fin, plus on se rapprochait aussi des clichés du genre. Pour cette partie en particulier, je ne pense d’ailleurs pas continuer à lire cette saga. À un certain point, je crois que je pourrais pratiquement dire ce qu’elle contient, donc je ne pense pas que cela en vaut la peine.

Dans un autre ordre d’idées, je dois accorder à ce roman que son atmosphère est assez intéressante. Je suis très probablement biaisée par le fait que j’ai lu ce roman un jour d’orage, mais si jamais vous vous cherchiez le livre parfait à lire un jour d’orage, ce livre de fantaisie dont le système de magie tourne autour des fantômes est tout à fait idéal.

Niveau personnages, quelques jours après ma lecture, c’est le vide complet à l’exception de Min… Mauvais signe, non? On préfère lorsque les personnages ont un impact, et j’oserais même dire que je préfère la négativité à l’indifférence dans ce cas!

En bref, je ne crois vraiment pas garder un souvenir indélébile de ma lecture de The Girl King. En outre, c’est très probablement son impressionnante longévité qui va plutôt m’avoir marquée. Au moins, je peux maintenant dire qu’il est lu!

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *