Spinning

Mon appréciation

8 Qualité de l’intrigue

8 Cohérence du schéma narratif

8 Respect du genre

9 Appréciation de la trame narrative

Prenez note que 10 est excellent et 0, médiocre.

Coucou les lecteurs! Je vous reviens aujourd’hui pour vous parler du roman graphique Spinning par Tillie Walden. J’en avais entendu parler par Hannah de la chaîne YouTube de A Clockwork reader et il m’avait immédiatement tapé dans l’oeil. Comme il est en anglais, je n’étais pas certaine de sa disponibilité près de chez moi dans le présent. Par chance, je suis passée à Montréal dans les dernières fins de semaines et j’ai pu aller me le procurer chez Indigo. Vous savez comme j’aime les Chapters, et celui-ci (bien que nommé différemment) n’a pas fait exception! Bref, voici le résumé :

Tillie est une patineuse artistique depuis son plus jeune âge. Tous les matins, elle se rend à l’aréna pour une pratique individuelle ; en après-midi, elle y revient pour une pratique de patinage synchronisé. Un jour, sa famille et elle déménagent du New Jersey jusqu’au Texas. Cela signifie donc pour elle de quitter tout ce qui lui est familier : ses amis, ou le peu qu’elle a, son entraîneure, son équipe, son aréna… Alors que le patinage est toute sa vie, Tillie tente de s’adapter à sa nouvelle vie malgré les remarques qu’elle reçoit à l’école et sa peur d’annoncer au monde qu’elle aime plutôt les filles. Sa passion pour le patinage artistique restera-t-elle toujours la même? Sera-t-elle capable de se faire de nouveaux amis au Texas?

Cette lecture a été non seulement addictive, mais également très touchante. Je ne peux pas vous cacher que je suis biaisée quant à l’appréciation de ce roman graphique, puisque je suis également une patineuse artistique de compétition depuis de nombreuses années. Étant donné que ce sport représente beaucoup à mes yeux, je me suis énormément reconnue dans cet aspect de l’histoire de Tillie, excepté le fait qu’elle ne fasse pas ce sport par passion. Les émotions étaient déjà au rendez-vous alors que les autres thèmes ne m’avaient pas encore été dévoilés. De quoi dire que ce fût bouleversant…

Comme c’est un roman graphique autobiographique, j’ai senti que l’authenticité était au rendez-vous. Chaque thème était abordé de façon douce et vraie que ce soit le sport, l’homosexualité, les agressions sexuelles, les difficultés vécues à l’adolescence et bien d’autres. Je vais vous avouer que j’étais un peu surprise qu’il y en ait autant puisque je pensais commencer un livre principalement sur le patinage, alors que de nombreuses réalités sont également traitées. Cela en fait un livre tout aussi touchant pour les gens qui sont moins concernés par ce sport.

Dans un autre ordre d’idées, j’avais l’impression d’être aux côtés de l’adolescente du début à la fin : je n’avais pas envie de quitter les pages des yeux. La lecture ne m’a pris qu’une heure en demie environ alors que le bouquin fait dans les cinq cents pages. Souvent, lorsque j’adore un livre, je vous mentionne que l’univers ou l’atmosphère que dégage l’histoire sont ce qui m’ont fait tomber en amour. Dans ce cas-ci, l’ambiance particulière était décidement accrocheuse. Je recommande ce livre rien que pour ce sentiment qui nous traverse lorsqu’on le lit. À mon avis, les magnifiques illustrations n’y sont pas pour rien!

Si j’avais un petit quelque chose à reprocher à ce livre, c’est que la fin nous laisse un peu sans explication. Il faut dire que Spinning est une tranche de vie : toutefois, après une telle oeuvre, je me serais attendue à une fin plus élaborée. Mais bon, ce n’est rien du tout si l’on compare aux points positifs!

Dites-moi en commentaires si vous avez lu ce livre ou s’il vous tente. Croyez-moi, il s’adresse à tous! Quant à moi, je vais immédiatement m’informer sur l’auteure, plus précisément sur ses autres livres…

P.S.: Je viens de réaliser que Spinning a en fait été traduit… donc je me suis donné beaucoup de mal pour rien!

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *