Silver Batal tome 1

Coucou les lecteurs! On se retrouve encore une fois en chronique aujourd’hui pour se parler de ma dernière lecture. Il s’agit du premier tome de Silver Batal par K.D. Halbrook, publié aux éditions Lumen. J’en avais beaucoup entendu parler cet été, lors de sa sortie, et comme il me faisait très envie je me mourais de le commencer! Voici son résumé :

Bien qu’elle soit la fille du plus célèbre joailler de Jaspaton, Silver ne rêve pas de reprendre l’entreprise de son père. En fait, sa vie dans la petite ville du désert ne lui plait pas vraiment. L’adolescente de treize ans rêve plutôt de participer aux courses de dragon d’eau dans lesquelles son héroïne et modèle Sagittaria Prodigo excelle. Lorsqu’on annonce sa venue et celle de la reine à Jaspaton, Silver tente le tout pour le tout pour se faire remarquer par la dresseuse de dragons… qui se révèle à être beaucoup moins agréable que prévu. Surtout lorsqu’elle vole un Aquinder, un dragon prétendument disparu non seulement capable de nager, mais de voler. Accompagnée de son cousin et du bébé du dragon volé, Silver se rendra à la capitale pour sauver le rare spécimen et le ramener à sa propriétaire. Pourquoi les humains voulaient-ils décimer les Aquinders? Quelles sont les véritables intentions de Sagittaria Prodigo? Quel est le lien qui unit Silver et son dragon, Hiyyan? L’adolescente réussira-t-elle à sauver le dragon en danger?

Silver Batal a été une très bonne lecture. J’ai eu quelques difficultés à vous faire un court résumé étant donné qu’il est très riche et dense, mais comprenez que c’est une lecture pleine d’aventures, de rebondissements, de dragons, de mythes anciens et de tout ce qui fait d’un fantasy un genre agréable. Ça m’a fait du bien de retourner à mon essence et découvrir un monde aussi merveilleux. Je ne suis pas très originale quand je vous dis que c’est ce que j’ai le plus aimé, vous me connaissez… Mais c’est vrai une fois de plus. J’ai adoré les races de dragons et le fonctionnement des courses, la culture de Jaspaton versus la culture de la capitale, bref c’est un univers de plus à découvrir et à visiter.

Par contre, je dois vous concéder qu’il y a eu quelques longueurs dans ce roman. C’est ce qui m’empêche de dire que j’ai tout aimé. En effet, cela m’a pris deux jours à lire l’introduction (introduction de 130-140 pages, faut pas se le cacher) . À mon avis, c’est un délai un peu long pour rentrer dans l’histoire. Même chose pour le récit en général, il y a eu un ou deux passages un peu trop lents à mon goût. Je crois que si le rythme avait été un peu plus concis et rapide, il aurait été encore plus difficile de lâcher ma lecture. Toutefois, il faut noter que Silver Batal : Le dragon d’eau est un premier tome et cela peut excuser en partie, je dis bien en partie, le fait qu’il soit assez introductif lors de la première moitié.

Malgré ces petits soucis de rythme, j’ai adoré l’histoire en général. J’avais vraiment envie de voir comment Silver allait se sortir du pétrin. La trame narrative était selon moi très originale et rafraîchissante. Bref, Silver Batal a été à la hauteur de mes attentes et il s’agit d’un roman dont je recommande vivement la lecture. Je vous assure que vous serez divertis et que vous passerez un bon moment. Comme je vous disais plus tôt, il est toujours bon de revenir aux sources en lisant un bon pavé fantasy!

Dites-moi en commentaires si ce livre vous intéresse où si vous l’avez aimé. Dans mon cas, je me tarde de lire la suite…

Merci à Interforum Editis Canada pour l’envoi de ce roman!

Anne

À lire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *