Savannah tome 11

Savannah tome 11

Mon appréciation

8 Qualité de l'intrigue

8 Cohérence du schéma narratif

10 Clarté du texte

9 Respect du genre

8 Appréciation de la trame narrative

Prenez note que 10 est excellent et 0, médiocre.

Bonjour à tous! Aujourd’hui, je vais vous présenter la critique du onzième tome de cette longue série qu’est Savannah. Bien évidemment, il a été écrit par Sylvie Payette. Voici donc ce que raconte son livre :

Après avoir récolté une multitude d’indices, Savannah et ses amis croient qu’un séjour en Nouvelle-Écosse serait de mise. En effet, après avoir lu dans l’un des tableaux de Nicolas Poussin « Et in Arcadia ego », tout semble mener vers là-bas. Dans le jet de Sôgô, le père de Savannah pourrait changer les plans… Son arrière-grand-mère semblerait sur le point de mourir. Savannah et Loup, qui est aussi dans l’avion, débarquent rapidement chez leur aïeule. Lors d’une conversation privée, la femme de 95 ans révèle à son arrière-petite-fille qu’elle aussi avait le don de voir des choses durant son sommeil. Elle donne un objet à Savannah qui pourrait bien lui sauver la vie. L’arrêt suivant est en Nouvelle-Écosse. Rafi et Savannah séjourneront chez des petits-cousins micmacs inconnus jusqu’ici. Ils pourraient donner des renseignements sur cette mystérieuse Oak Island, où un trésor aurait été caché par on ne sait qui il y a des siècles. Cela aurait-il un lien avec les Templiers? Durant une fête à Halifax sur le thème des pirates, le nouveau chien de Savannah, Osiris, pénètre dans une maison privée. Une certaine Mikaela Watercress séjournerait là pour quelques jours encore. Qui est donc cette femme? Que cachent les parents d’Alexandre? Pourquoi Osiris amène-t-il toujours des ennuis? Le trésor se rapproche-t-il? Quel est le code d’ouverture du codex?

C’était une bonne lecture. J’ai aimé le fait qu’on soupçonne les parents d’Alexandre. De plus, dans les derniers tomes, on avait un peu mis de côté les recherches et on se concentrait surtout sur LaPieuvre. Dans ce tome, il y a plus d’informations et c’est cool. Par contre, je trouve que le livre commence à être un peu court. On pourrait rajouter des détails. De plus, le chapitre du début, qui parle d’un élément « intense » du livre ne l’est plus autant que les autres tomes. Mais sinon, je trouve que c’est clair et précis. C’était une lecture rafraîchissante.

Encore cette année, je vais aller au Salon International du Livre de Québec. Je compte bien aller rencontrer à nouveau Sylvie Payette, pour son dernier tome de Savannah. Merci encore une fois pour tous vos courriels et vos commentaires. Je vous invite à aller aimer ma page Facebook, à vous abonner à mon infolettre ou bien à mon compte Twitter. 🙂

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *