Résistance

Coucou les lecteurs! Aujourd’hui, on se retrouve pour discuter d’une nouvelle sortie aux éditions BigBang. Il s’agit en effet du roman choc de Samira Ahmed, Résitance. Zoom sur mon avis.

Dans un futur très proche, les États-Unis ont officiellement fait de leur cible les fidèles de l’Islam : il sont indexés et restreints dans plusieurs sphères de leurs vies. Un jour, l’armée débarque chez la famille de Layla et l’emmène dans un premier camp de détention pour musulmans. Sauf que personne ne sait à qui ils ont réellement affaire… déterminée à sortir sa famille et ses amis d’infortune de la situation et à retrouver son petit copain à l’extérieur, Layla entreprendra une résistance contre ceux qui les gardent captifs et les discriminent. L’adolescente retrouvera-t-elle sa liberté?

La lecture de Résistance a été très agréable. Je vous l’annonce dès maintenant, je l’ai trouvé tout aussi poignant que La haine qu’on donne d’Angie Thomas, dénonçant dans ce cas le racisme fait aux Noirs. Samira Ahmed a réellement su lancer un message fort avec ce roman, qui lutte contre l’islamophobie. En effet, dès les premières lignes, on entre dans cet univers dans un futur proche qui n’est pas sans rappeler le nôtre… C’est définitivement cet aspect “réaliste” et “possible” qui rend l’image frappante. Car non, ce n’est pas parce que nous sommes en 2020 qu’il n’y a plus de violence envers les religions.

D’un côté plus technique, j’ai beaucoup aimé la facilité avec laquelle j’ai lu ce roman. Les mots coulent facilement et je me suis surprise à tourner les pages de ce livre particulièrement rapidement. C’est d’autant plus un point positif considérant que lorsqu’on s’attaque à des romans chocs de ce genre, on souhaite se plonger dedans au maximum. Si c’est ce que vous recherchez, je vous annonce tout de suite que c’est mission accomplie!

De plus, l’intrigue en elle-même a réussi à rester originale malgré mes appréhensions. En effet, il est arrivé à plusieurs moments que je me dise : “Ça y est, ceci ou cela va maintenant arriver” alors que ce n’était finalement pas du tout le cas. C’est pareil du côté des personnages, qui au final, sont d’une profondeur agréable : assez forts pour représenter le symbole du roman, mais assez classiques pour le véhiculer la trame narrative avec aisance. Vous comprendrez que cela m’a ravie!

Toutefois, je me dois de vous dire que ce n’est pas non plus une lecture parfaite. Premièrement, malgré l’écriture plus que douce, je me suis surprise à parfois “remarquer” la traduction. C’est peut-être uniquement dû au fait que je m’améliore à la lecture en VO (la fille qui se lance des fleurs), mais j’avais parfois l’impression que les tournures de phrases faisaient très english. De plus, je me dois de vous avouer que j’ai trouvé qu’un plus grand souci du détail aurait pu être apporté au roman. L’intrigue principale était très bien ficelée, toutefois il est arrivé à de multiples reprises que l’on mentionnait un élément en particulier, puis on n’en reparlait jamais du reste du roman. Par exemple, on parle dans les premières pages d’une application qui devait retracer les musulmans : une fois la mention faite, jamais on n’y repense même une seule seconde. J’ai trouvé que cela enlevait légèrement du lustre et du fini de l’histoire, et c’est pourquoi, au final, j’ai décerné à Résistance une note de quatre étoiles. Mais bon, on s’entend, je suis tout de même à fond dans son message, et à mon avis, c’est un livre qui devrait se retrouver entre toutes les mains. Pour revenir à ce que je disais au départ, si vous avez aimé lire THUG et cherchez d’autres livres dans le genre : foncez.

Merci à la Boîte de Diffusion pour l’envoi de ce roman!

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *