Pierre d’Angle tome 3

Mon appréciation

7 Qualité de l'intrigue

8 Cohérence du schéma narratif

9 Clarté du texte

10 Respect du genre

8 Appréciation de la trame narrative

Prenez note que 10 est excellent et 0, médiocre.

Bonjour à tous! Aujourd’hui, je continue mes critiques avec ce troisième tome de la série Pierre d’Angle. Il a été écrit par l’auteure québécoise Pascale Quiviger.

Thibault est roi depuis quelque temps déjà et il règne à la perfection. Avec Guillaume Lebel pour l’aider et ses douze conseillères, tout va comme sur des roulettes. Ema se plaît au château, avec la cousine de son mari, Élizabeth, sa nouvelle meilleure amie. Aucun désaccord dans le couple, tout est parfait! Mais, ça ne peut pas durer, cette perfection… Comme la tradition le veut, les nouveaux souverains, au début de leur règne, doivent faire le tour de l’île pour visiter les sujets. Avec l’hiver rude qui approche et pour plusieurs autres raisons pressantes, Thibault et Ema doivent partir au plus vite. Allez, hop! hop! hop! Les valets, servantes, suivantes, conseillers, enfin, tous les habitants du château se mobilisent pour faire partir leurs souverains. Le carrosse est chargé en moins de deux et le couple royal quitte le palais pour aller voir leurs sujets. Dans les régions comme Frenelles, baptisée ainsi à cause du précepteur de Thibault lorsqu’il était enfant, même pauvre, leurs habitants sont des plus généreux, ils aiment leurs souverains plus que tout et ils n’hésitent pas à donner même s’ils ne reçoivent rien. D’autres régions, a contrario, servent des plats froids même si les fours ne manquent pas, donnent des couvertures raides, sales et presque moisies mêmes s’ils ont les outils nécessaires pour qu’elles soient douces et confortables. Bref, les citoyens ne sont pas aussi gentils d’une région à l’autre… À la dernière halte du tour de l’île, des loups dévorent les chèvres d’un fermier. Pourtant, plus aucun loup ne vit sur cette île depuis Pierre… Thibault, bien décidé à éclaircir cette affaire, part dans la fameuse forêt de la Catastrophe. Les dangers ne manquent pas. Personne n’en est jamais revenu, alors comment le tout nouveau roi pourrait-il revenir aussi parfait qu’il l’était au palais? Est-ce que le couple ressortira indemne? Qui — ou quoi — se cache dans la Catastrophe? Est-ce aussi dangereux que l’on croit? Les personnes que l’on pense méchantes le sont-elles réellement?

Il y a des hauts et des bas. Commençons avec le négatif. Au début, c’est un peu rapide. Pas beaucoup, mais quand même. Ensuite, je trouve qu’on commence à parler « qu’un événement vraiment troublant » pourrait arriver, patati patata… Oui, mais quand tu es à la page 25, ça gâche un peu le punch de la fin. (Oups!) De plus, à la fin, je trouve qu’on ne comprend pas trop les aventures de Thibault. Aussi, Jacquard vient à la battue pour son frère, et il semble vraiment touché, même si tout ce qu’il veut, c’est le trône…. Bon. Je sais, ça fait beaucoup, mais c’est quand même positif aussi. On arrive à garder des liens avec les personnages de l’Isabelle même si on est sur la terre ferme. Je trouve que l’amour entre Ema et Thibault est très mignon. De plus, c’est vraiment une bonne idée de faire le tour de l’île, car on peut la découvrir nous aussi. Ce n’est pas très mauvais, ce n’est pas excellent non plus, c’est plutôt dans la grosse moyenne. On peut faire mieux! Je dirai que ce tome est le moins bon des trois.

Anne

2 Commentaires

  • avatar Jérémie Boutin dit :

    Je trouve que tu as donné suffisamment de détails sur le livre.
    J’ai aimé la critique que tu as fais sur le livre, car tu m’as donné le goût de le lire. J’ai hâte de lire ce livre car le résumé était très intéressant.

    • avatar Anne Larouche dit :

      Super! J’ai atteint mon objectif 😀
      Si tu veux, tu peux t’abonner à mon infolettre et venir me parler de tes lectures, c’est toujours cool de pouvoir savoir ce que les autres pensent du livre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *