Parée pour percer

Bonjour tout le monde! Aujourd’hui, on se retrouve pour se parler de Parée pour Percer par Angie Thomas. Si vous connaissez ce roman, vous devez savoir qu’il est de la même auteure que La haine qu’on donne, qui avait fait un tabac monumental à sa sortie. Dans ce nouveau livre, l’auteure nous présente une toute nouvelle intrigue qui prend à nouveau place à Garden Heights, le quartier où l’histoire du premier livre se déroulait. Toutefois, les deux romans peuvent se lire séparément comme il n’y a aucun lien entre les deux livres.

Depuis qu’elle est toute petite, Bri n’a qu’un seul rêve : devenir rappeuse, comme feu son père. Maintenant âgée de seize ans, toutes ses actions sont motivées par son ambition, ou du moins, jusqu’à ce que sa mère perde son emploi et que la petite famille risque de se retrouver à la rue. Désormais, Bri ne veut plus seulement réussir pour elle-même, mais aussi pour sauver sa mère et son frère. Pourquoi y a-t-il de plus en plus de violence dans le quartier? Quels seront les impacts du rap de Bri? Réalisera-t-elle son rêve? Sa famille sera-t-elle sauvée de la rue?

La lecture de Parée pour percer a été tout aussi bonne que celle de La haine qu’on donne. Je sais que ce dernier avait été un coup de coeur pour plusieurs, et que même si le plus récent livre avait également été apprécié, l’avis général est un peu moins positif (mais bon, on s’entend, on parle de pas grand chose considérant que les notes sur Goodreads sont pour les deux livres supérieures à 4.3 sur 5). Toutefois, de mon côté, j’ai autant apprécié Parée pour percer que son prédécesseur!

En effet, ce livre a de nombreux points positifs. Évidemment, Angie Thomas a encore une fois abordé le sujet du racisme et du Black Lives Matter avec un grand doigté. Contrairement à La haine qu’on donne, où c’était le centre de l’intrigue, ces enjeux étaient plus sous-jacents à l’histoire de Parée pour percer. J’ai trouvé que c’était très intéressant comme point de vue parce que cela nous permet d’encore mieux comprendre et réaliser l’ampleur de la situation. À nouveau, Angie Thomas nous a offert un superbe roman de sensibilisation qui ne manquera pas son coup.

Pour ce qui est de l’intrigue en elle-même, laissez-moi vous dire qu’elle m’a laissée sur le bout de ma chaise plus d’une fois. Parée pour percer n’est peut-être qu’un contemporain pour certains, sauf que les rebondissements n’attendent pas les autres et créent un suspense, une addictivité pour le moins élevée lors de la lecture. Pour vous dire, j’ai commencé à lire ce livre un dimanche soir, et malgré mes activités régulières en journée, je l’ai fini mardi en journée. Et ce livre frôle les 500 pages, ce n’est pas rien! Autrement dit, non seulement vous obtiendrez un message important en lisant ce livre, mais vous passerez également un super moment.

Dans un autre ordre d’idées, j’ai beaucoup apprécié les passages de rap qui sont venus ajouter une belle valeur au roman. Ils ne sont pas nombreux, parfois même seulement deux lignes entre deux paragraphes, et pourtant j’ai trouvé que le tout était encore plus authentique. Sans parler du rap en lui-même, qui, malgré la traduction (soit dit en passant excellente), était tout à fait délectable. On s’entend, sur papier, un rap n’est rien de plus qu’un poème, mais n’étant pas fan du genre, je me suis surprise à adorer ces petits extraits. On entendait le rythme malgré le silence et les idées d’Angie Thomas coulaient avec aisance (waouh, la rime ici n’était même pas intentionnelle). Pour tout vous dire, cela m’a pratiquement donné envie d’écouter du rap, alors que je n’en écoute jamais! Qui l’aurait cru…

La seule chose qui s’est moins bien passée durant ma lecture et qui, malheureusement, m’empêche de décerner la note de cinq étoiles à ce livre, est la vitesse du dénouement de l’histoire. En effet, tout au long du récit, nous avons droit à de nombreux détails sur les événements, sur toutes les actions des personnages. Toutefois, lorsque l’intrigue se conclut, il y en a beaucoup moins. Cela a pour effet de donner l’impression que tout se passe très vite, et j’ai eu l’impression d’être laissée en plan avec l’histoire. J’aurais voulu en avoir un peu plus pour bien boucler ce roman qui somme toute a été une excellente lecture. J’attends avec impatience un prochain roman de cette auteure!

Merci Interforum Editis Canada pour l’envoi de ce roman!

Anne

1 Commentaire

  • avatar Lucie P. Gosselin dit :

    Je vois que ce livre t’a bien plu même autant que l’autre…
    Lu très rapidement en plus….
    Cette histoire va peut-être me faire aimer le rap. je ne savais pas qu’il s’agissait de poèmes…Ce doit être très beau….
    La chanteuse Bri a finalement sauvé la famille en si mauvaise situation.
    Bravo pour avoir aimé ce livre autant que le précédent…..Qui n’avait cependant aucun rapport avec celui-ci. Cinq étoiles c’est quand même très bien. Encore une belle critique. Bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *