Number 10

Coucou tout le monde! Aujourd’hui, je vous reviens avec la critique du dernier roman de C.J. Daugherty. Il a décidément fait beaucoup parler de lui lors de sa sortie, car cette auteure est celle qui a écrit la série à succès Night School. Personnellement, je n’ai pas encore lu, mais elle se trouve sur ma wishlist.

Depuis que sa mère est devenue la Première Ministre du Royaume-Uni, la vie de Gray a complètement basculé – sans parler de son nouveau beau-père barbant. L’intimité et la vie d’adolescente se sont envolées ; désormais, Gray se fait pourchasser par des paparazzis à la recherche du moindre faux pas de sa part. À commencer par cette soirée où elle a fêté en secret avec sa meilleure amie Chloé… Sa mère décide donc de la punir et de la priver de sortie. Ce que Gray ne sait pas, c’est que la Première Ministre agit ainsi pour la protéger de menaces qu’elle a reçues. Un jour, alors qu’elle déambule dans les corridors gouvernementaux du numéro 10, Downing Street, Gray tombe sur des preuves mettant à jour un complot. Sa mère la croira-t-elle? Qui se cache derrières ces menaces? Gray est-elle réellement en danger?

Number 10 a été une drôle de lecture. Cela m’a pris assez de temps pour lire la première moitié, car je n’ai pas trouvé l’histoire des plus accrocheuses. Sentiment qui est toujours d’actualité…

Pour commencer, je dois vous avouer que j’ai trouvé que tous les événements étaient assez invraisemblables. Il me semblait impossible que des telles aventures arrivent à une adolescente, qu’aucun garde du corps ne se rende compte de ses agissements. Je veux dire, si c’est réellement leur niveau d’expertise, j’aurais peur pour les habitants du Royaume-Uni. Tout ceci est sans compter la bêtise des personnages principaux. Désolée, je n’ai ni l’habitude de m’exprimer en ces mots ni d’être énervée par les protagonistes, mais c’est parce que mes sentiments sont assez forts. D’abord, Gray désobéit de multiples fois à sa mère et se met en danger pour aucune raison. Cette inconscience et cette attitude égocentrique m’a mise en rogne du début à la fin. De son côté, sa mère était complètement aveugle et bornée, tandis que ses amis, beaucoup trop enthousiastes à se laisser entraîner dans une quête mettant la sécurité nationale en jeu. Bref, je crois que vous comprenez. C’est la source principale de mon découragement dans ma lecture. Si je n’avais pas fait de blitz, je suis certaine qu’elle aurait trainé en longueur. Par contre, je me dois de nuancer mon propos en vous accordant que Gray est loin d’être la seule héroïne de ce genre sur le marché. Je m’en rends de plus en plus compte ces temps-ci (ça doit être l’âge… ou juste l’habitude!). Parfois ça passe encore, mais dans Number 10, je n’ai pas trouvé que c’était de mon goût. Ce n’est pas nécessairement votre cas, donc je vous recommande tout de même de vous lancer. Ce sont tout de même des particularités qui relèvent des préférences personnelles!

Malgré tout, j’ai quand même réussi à être curieuse quant au dénouement. Les deux derniers éléments que je vous ai mentionnés ont pris tellement de place dans ma tête que j’ai trouvé le reste « juste correct »… Number 10 n’a donc pas été la meilleure lecture de l’automne. Je ne sais pas si cela ma décourage de me lancer dans Night School… Pourtant, le résumé me fait envie. Mais bon, il ne faut pas trop se laisser influencer pas une lecture. De quoi nous rappeler que les livres des auteurs ne se valent pas nécessairement tous! Dites-moi en commentaires si vous avez apprécié Number 10 🙂

Merci à la Collection R Canada pour l’envoi de ce roman!

Anne

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *