Marie et Bronia

Mon appréciation

8 Qualité de l'intrigue

9 Cohérence du schéma narratif

9 Clarté du texte

10 Respect du genre

8 Appréciation de la trame narrative

Prenez note que 10 est excellent et 0, médiocre.

Salut à tous! Je vous présente aujourd’hui un roman écrit par Natacha Henry. Quand je l’ai vu à la libraire, son résumé a immédiatement capté mon attention : il faut dire que j’ai toujours aimé les livres qui racontent de vraies histoires tout en étant romancés, même si je n’en trouve pas souvent assez à mon goût pour les acheter. Toujours est-il que je dois vous résumer l’histoire, alors commençons sans plus tarder.

La famille Slodowski vit tranquillement à Varsovie alors que la Pologne est envahie par les occupants russes. Les parents, tous les deux professeurs, partagent à leurs enfants une excellente éducation et des valeurs justes. Bronislawa, la mère, attrape la tuberculose alors que Marie, la benjamine, sait à peine parler. Des années plus tard, elle décède finalement, laissant un deuxième vide dans la famille après la mort d’un autre des cinq enfants. Marquée par ces tragédies, Bronia, l’aînée, rêve de devenir médecin pour soigner les malades, particulièrement ceux touchés par la tuberculose. De son côté, Marie est passionnée par la chimie. Malheureusement, en Pologne à cette époque, il est interdit aux femmes d’étudier à l’université. Condamnées à cette triste réalité, les deux sœurs se résignent à devenir elles aussi enseignantes. Mais une rumeur à propos d’une université clandestine ravive leur espoir et les sœurs passent bientôt une entente entre elles. Pendant que l’une ira à la Sorbonne, à Paris, l’autre travaillera pour lui envoyer l’argent dont elle aura besoin. Aussitôt, Marie et Bronia s’engagent sur le chemin de l’éducation et des découvertes. Réaliseront-elles réellement leur pacte? Comment trouveront-elles Paris? Qui est ce Pierre Curie? Quel futur les attend? Seront-elles capables de réaliser leurs rêves?

J’ai beaucoup aimé lire ce livre. Effectivement, il était très léger et divertissant. De plus, on suit les sœurs de leur enfance jusqu’à l’âge adulte, ce qui permet d’avoir un portrait complet de leur situation et cela convient très bien à ce genre de livres. J’ai aussi trouvé intéressant que l’auteure traite à parts égales Marie et Bronia, car avant de lire ce livre, je ne connaissais pas cette deuxième et il aurait vite été facile de donner toute la place à Marie Curie. Toutefois, je trouve qu’il manque de détails à propos des réalisations de Marie et Pierre Curie. Même si ce n’est pas le sujet principal du livre, cela aurait très bien complété l’histoire. Dans l’ensemble, je trouve que l’histoire est très bien racontée et le livre nous garde en haleine, j’avais toujours le goût de savoir la suite!

Anne

2 Commentaires

  • avatar Lucie p.Gosselin dit :

    Bravo Anne pour cette belle lecture qui enrichit ta culture. J’ai déjà visité le Centre Pierre et Marie Curie à Paris en visite guidée. J’avais oublié bien des détails depuis. Grâce à la lecture de ta belle critique, ça m’a rafraîchi la mémoire…Quelle belle famille que cette famille Slodawski avec ces parents qui éduquaient bien leurs enfants. Je savais qu’il y avait beaucoup de tuberculose à cette époque.Quelle belle complicité et générosité entre ces deux soeurs Quelle belle réussite pour Marie et Pierre Curie qu’elle rencontrera finalement. Quel couple ils formeront dans l’histoire de la médecine et de la recherche.Tu es et tu seras toujours de plus en plus cultivée grâce à tes nombreuses lectures et continue….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *