Les fourmis

Les fourmis tome 1

Mon appréciation

9 Qualité de l'intrigue

7 Cohérence du schéma narratif

8 Clarté du texte

10 Respect du genre

9 Appréciation de la trame narrative

Prenez note que 10 est excellent et 0, médiocre.

C’est maintenant au tour de ce magnifique livre d’être résumé et critiqué. Il a été écrit par Bernard Werber. Voici donc l’histoire du premier tome de la trilogie :

Dans la cité mère de Bel-o-kan, une fourmilière de la Fédération, tout est très bien organisé. La caste des ouvrières travaille sans cesse, mais avec beaucoup de savoir-faire alors que les guerrières défendent à merveille la cité.  De leur côté, les sexuées femelles, ou celles qui deviendront reines restent enfermées sous terre jusqu’à la fête de la Renaissance où elles pourront se reproduire et fonder leur fourmilière. Mais ce jour n’est pas encore arrivé dans la cité de fourmis rousses, car ces dernières viennent à peine de se réveiller. 327e, un sexué mâle, est occupé à réchauffer toutes les autres fourmis. Rapidement, il est envoyé en mission à l’extérieur et en revient seul sans aucun autre survivant. Il ne comprend pas comment les guerrières sont mortes et essaie d’en parler aux autres, mais personne ne le croit. Finalement, 56e, une sexuée, embarque dans son histoire. Mais ils rencontrent assez vite deux fourmis étranges à l’odeur de roche, dans Bel-o-kan même… Avec l’aide de 103 683e, une guerrière, ils essaient de résoudre le mystère des fourmis aux effluves rocheuses et de l’arme que les termites de l’Est (ou bien les fourmis rouges?) ont employées pour détruire des dizaines de fourmis sans même y toucher. Dans le monde des humains, Jonathan Wells, le petit fils de l’entomologue Edmond Wells, reçoit une lettre de ce dernier, quoique décédé sur le fait de ne pas pénétrer dans la cave de l’appartement qu’il habite désormais et qui lui a été légué. Alors que le chien y entre et disparait, le père décide de vaincre sa peur du noir et d’entrer dans la cave, mais il n’en ressort plus. La famille s’y étant engouffrée chacun son tour afin de sauver les précédents, la police vient sur place pour résoudre le mystère de la cave. Mais plusieurs pompiers et policiers disparaissent à leur tour… Que cache cette cave? Qu’y a-t-il en dessous de Bel-o-kan, et pourquoi tant de nourriture? Qui sont les fourmis à l’odeur de roche? Où sont passés Jonathan et sa famille?

J’ai complètement adoré. On ne voit pas souvent de romans animaliers et celui est un chef-d’œuvre. On ne nous présente pas les fourmis rapidement; on fait exactement comme avec des personnages humains, donc on apprend à connaître leur mode de vie, leur communication, etc., et c’est vraiment passionnant. On découvre un univers complètement différent et c’est rafraîchissant (pas trop quand même, il ne faudrait pas s’endormir! Ceux qui le liront comprendront 😉 ). Par contre, on nous montre comment les fourmis évaluent le temps et on l’utilise, mais on ne comprend pas vraiment comment ça marche. Ça m’énerve, car dans un livre, c’est assez important d’avoir des repères temporels…! De plus, le langage peut être assez compliqué au début, car on nous nomme beaucoup de mots nouveaux, donc je le recommande à des lecteurs plutôt avancés. Bonne lecture!

Anne

Comment fait-on quatre triangles équilatéraux avec six allumettes? Tentez de répondre à la question en avertissez-moi si vous réussissez! Un truc: pensez… différemment.

 

2 Commentaires

  • avatar Claire Gosselin dit :

    Assez surprenant ce roman! Mélange d’humains et de fourmis?
    Pour les triangles, je réfléchis et je te reviens!!

  • avatar Claire Gosselin dit :

    Pour les triangles, je suggère de faire le contour d’un losange avec 4 allumettes et de faire une croix au milieu avec les 2 allumettes restantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *