Les Chroniques de St Mary tome 1

Mon appréciation

6 Qualité de l’intrigue

6 Cohérence du schéma narratif

7 Clarté du texte

9 Respect du genre

6 Appréciation de la trame narrative

Prenez note que 10 est excellent et 0, médiocre.

Salut tous! Après un petit moment d’absence, je vous reviens avec Les Chroniques de St Mary tome 1. Je ne l’ai vu passer sur les réseaux que sur un compte, mais il m’a tout de suite tapé dans l’oeil. Ce livre a été écrit par Jodi Taylor (je ne la connais pas, mais elle semble réputée… en tout cas, quand on voit la taille de son nom sur le roman, c’est à ça que ça me fait penser). Bref, voici sans plus tarder le résumé de l’histoire :

L’historienne Madeleine Maxwell, surnommée « Max », souhaite intégrer l’institut de recherche de St Mary, affilié à l’université de Thirsk. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que c’est loin d’être un centre comme les autres : en effet, les chercheurs y ont percé les secrets du voyage dans le temps (et le gardent bien pour eux). Ainsi, ils étudient l’histoire en temps réel. Rapidement, Max se fait confier une mission des plus extraordinaires. Personne ne s’est jamais aventuré dans une époque aussi dangereuse! Alors que la jeune historienne réalise ses rêves les plus fous, des gens venus du futur tentent de rendre l’Histoire lucrative. Qui sont ces voyous? Max pourra-t-elle les arrêter? L’unité de St Mary sera-t-elle menacée? Que se passe-t-il entre le Chef Farell et Maxwell? Sauveront-ils l’Histoire?

J’ai apprécié la lecture de ce livre, mais je n’ai pas été aussi éblouie que je pensais l’être. En effet, j’avais beaucoup d’attentes car le quatrième de couverture était des plus accrocheurs. Loin d’être mensonger, il m’a seulement semblé de qualité supérieure au roman en lui même. À commencer par les personnages… Maxwell n’était pas des plus attachantes. Au début, on lui assigne un passé dramatique, puis on en reparle que très peu durant le reste du roman. De plus, je n’ai pas vraiment senti d’évolution psychologique chez elle. Pas que c’est obligatoire pour en faire un bon roman, mais presque! Je l’ai tout simplement trouvée fade. Son interaction avec les autres personnages étaient aussi un peu à côté de la plaque : premièrement avec l’historien Sussman, qui est en passant unidimensionnel et deuxièmement avec le Chef Farrell. Si on cherche une histoire d’amour aussi sortie de nul part et aussi inutile, vous avez trouvé. D’habitude, on s’attache aux deux amoureux, mais ici, non. Bref, je crois que vous avez compris de ne pas lire ce livre pour la profondeur de ses personnages… Dans un autre ordre d’idées, j’ai trouvé le déroulement du temps tout à fait incompréhensible. Sans avertissement, on mentionne que « depuis cinq ans blablabla ». J’étais surprise, car rien ne laissait présager une chronologie si rapide. La ligne directrice de l’histoire est aussi un peu vague… Cela me faisait penser aux romans de Bernard Werber, et à ceux qui connaissent, à l’émission « Qui sera le prochain grand pâtissier? » (des éliminations au milieu, des défis coupés en deux émission…?). On ne sait pas trop où ça s’en va, il se passe beaucoup de choses, et finalement c’est compliqué. Je préfère lorsqu’il y a un but précis à l’histoire. Cela donne un objectif au récit et c’est précisément ce qui manque afin de ramener tous les éléments ensemble. Mais bon, je n’ai pas que des commentaires négatifs pour ce livre. J’ai adoré St Mary et l’univers construit par l’auteure. Franchement, je trouve très original d’avoir utilisé le voyage dans le temps de façon aussi « positive ». C’est rare que ça arrive, vous ne pouvez pas me contredire! Finalement, j’ai apprécié les touches d’humour disposées ici et là. Cela donnait réellement une bouffée d’air frais à cette histoire plus ou moin charmante. Vous comprendrez donc que je ne recommande pas chaudement la lecture de ce roman, mais que ça reste quand même potable. À ce point, c’est souvent à vous de juger! Comme on dit, les goûts, ça se discute pas…

J’ai hâte de vous retrouver dans une prochaine critique! D’ici là, venez me rejoindre sur mon compte Instagram, où je suis très active 😉

Anne

1 Commentaire

  • avatar Lucie P. Gosselin dit :

    Crique lue.

    Beau français comme toujours. Belles expressions.
    ..
    La quatrième de couverture est parfois trompeuse..

    Je vois que ce n’est pas ton livre préféré….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *