Le tour du monde en 80 jours

Mon appréciation

9 Qualité de l’intrigue

9 Cohérence du schéma narratif

8 Clarté du texte

10 Respect du genre

9 Appréciation de la trame narrative

Prenez note que 10 est excellent et 0, médiocre.

Bonjour tout le monde! Aujourd’hui, je vais vous présenter une nouveau livre de Jules Verne. Comme je vous l’ai déjà dit en story sur Instagram, cette lecture est faite dans un cadre scolaire (…). Je devais donc choisir un livre parmi une longue liste qui comprenait pratiquement que des classiques (et de la poésie, mais ça, je ne suis vraiment pas capable. Désolé.) Puisque j’avais déjà lu deux livres de Jules Verne, je me suis dit que cela ne me dépayserait pas trop pour commencer l’année. Malgré cela, j’avais une certaine crainte à l’idée de commencer le livre. En effet, je n’ai pas été très charmée par Le château des Carpathes et Voyage au centre de la Terre, bien que la lecture de ce dernier m’ait été moins difficile (cliquez pour lire les critiques). Bref, je passe au résumé. De toute façon, vous connaîtrez la fin de mes aventures bien assez vite!

Phileas Fogg est un homme tout à fait honorable. Étant un riche Anglais, il passe ses journées au Reform-Club de Londres, où il s’adonne au whist. Il ne déroge jamais de son emploi du temps et dans toutes les situations, il est d’une impassibilité sans nom. Un jour, il engage un nouveau domestique nommé Passepartout. Ce Français est comblé par son nouveau maître, car il n’aspire plus qu’au repos. Malheureusement, cela ne durera pas longtemps : le soir même, Mr. Fogg affirme à ses adversaire de whist que la Terre a rapetissé. Évidemment, si on la parcourt en moins de temps qu’avant… Rapidement, un pari est lancé : le gentleman fera le tour du monde en 80 jours précisément ou il perdra vingt mille livres au profit de ses amis. Fogg et Passepartout s’embarquent donc sur le premier bateau venu en direction de l’Orient. Plus d’une péripétie les attend… En effet, un vol a été commis à la Banque de Londres. Persuadé que Mr. Fogg est l’auteur de ce crime, l’agent Fix le prend en chasse lors de sa course contre la montre. Est-ce que Passepartout embarquera dans l’aventure? Fix arrêtera-t-il Mr. Fogg? Est-il seulement l’auteur de ce vol? Le gentleman atteindra-t-il son but malgré les obstacles? Que trouvera-t-il à la fin de son périple?

J’ai beaucoup aimé lire ce roman. Plusieurs éléments m’ont marquée, tels que le réalisme, l’originalité et le style de l’auteur. Même si à notre époque, il nous semble farfelu qu’une telle épopée se produise, je trouve que le voyage de Phileas Fogg est développé de façon à ce qu’on croie qu’il puisse arriver. Les déplacements de la bande m’ont semblés très possibles, et leurs déboires aussi! J’ai trouvé que les relations entre les personnages changent, au fur et à mesure de l’histoire, comme elles changeraient dans la vraie vie. De plus, les rebondissements du récit m’ont beaucoup surprise. On pourrait croire que ce n’est pas une histoire originale, car on sait d’avance où Fogg se rendra, mais c’est justement parce qu’on est moins « alerte » que le tout sort de l’ordinaire. J’étais littéralement attachée à mon livre, car je voulais savoir ce qui arriverait ensuite. Une péripétie n’attendait pas l’autre, ce qui m’a gardée en haleine du début à la fin, qui est en passant très bien côté originalité. Finalement, le style de Jules Verne est ce qui m’a le plus ravie. J’ai trouvé que les constructions de phrases, les figures de style ainsi que les alternances entre les séquences descriptives et narratives étaient très distinguées. Évidemment, le niveau de langue de ce roman est un peu plus soutenu : toutefois, il m’a fait apprécier le texte en plus du récit. Il y a eu des moments drôles, touchants et même stressants que l’auteur m’a merveilleusement communiqués à travers ses mots. Bref, Le tour du monde en 80 jours a été une très bonne lecture pour moi. Je n’y trouve même pas de points négatifs. Je recommande fortement ce roman à tous!

J’espère que vous aurez compris pourquoi je me suis réconciliée avec Jules (on s’appelle par nos prénoms maintenant!). Comme on dit, j’ai vécu un effet « wow » (quant tu ne t’attends à rien et que tu obtiens tout, voilà ce que c’est). Je vais très probablement ajouter d’autres livres de Jules Verne à ma liste à lire. En attendant ma prochaine critique, vous pouvez aller vous abonner à mes comptes Instagram et Facebook et n’hésitez pas à me contacter, que ce soit pour n’importe quelle raison littéraire! À la prochaine!

Anne

2 Commentaires

  • avatar LUCIE P. GOSSELIN dit :

    À lire ta critique, ce livre doit être passionnant avec suspense.

    Les anglais son réputés pour aimer ce jeu…

    Si la terre était rapetissée, ce serait plus facile d’en faire le tour…

    Que de péripéties à la suite de cette histoire de terre rapetissée….

  • avatar Lucie P. Gosselin dit :

    D’après ta critique, ce doit être passionnant ce livre avec suspense…

    Le anglais sont réputés pour aimer ce jeu.

    Que de péripéties à la suite de cette terre supposément rapetissée

    Tu as dû, de beaucoup, apprécié ce livre….Belle critique….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *