Le souffle des dieux

Nous, les dieux tome 2

Mon appréciation

8 Qualité de l'intrigue

8 Cohérence du schéma narratif

7 Clarté du texte

9 Respect du genre

9 Appréciation de la trame narrative

Prenez note que 10 est excellent et 0, médiocre.

Bonjour à tous! Aujourd’hui je vous présente le deuxième tome de cette trilogie de Bernard Werber. Je sais que ça fait plusieurs fois de suite que je critique la même série, mais j’aime trop lire ces livres! Alors voici ce que raconte ce livre :

À présent, une bonne partie des Maîtres dieux ont donné leurs cours à propos du jeu d’Y. Maintenant vient les maîtres dieux auxiliaires, qui ne sont qu’en fait des personnes comme Héraklès ou Prométhée. Ils enseignent la révolte ou bien la formation des héros. Le jeu avance bien et les prochaines parties seront décisives : par exemple, le peuple aigle de Raoul prend de plus en plus d’ampleur et rase toutes les villes sur son passage, en installant par la suite des impôts et des règlements. Michael, de son côté, a toujours de la difficulté avec ses dauphins. Ils ne sont que tolérés chez plusieurs peuples. On accepte de les héberger, mais pas plus. De plus, tous les dauphins sont éparpillés sur Terre 18 et Michael oublie souvent de gérer une partie de ses humains. Il est tout en bas du classement et peine à remonter… Il faut dire qu’Aphrodite ne l’aide pas. Bien que Michael soit fou amoureux d’elle, comme bien d’autres hommes de la mythologie grecque, elle ne semble pas le remarquer comme il le voudrait. Mais la danseuse Mata Hari le sauve à plusieurs reprises lors des escapades nocturnes du groupe vers la montagne d’Olympie. Il s’en passe des choses, en Aeden! Surtout avec un déicide qui tente d’assassiner Michael et de prendre l’Encyclopédie. Serait-ce Proudhon qui tue chacun de ses adversaires? Qu’y a-t-il tout en haut de la montagne? Qui est réellement Aphrodite? Michael Pinson se fera-t-il transformer en chimère avant d’avoir résolu tous les problèmes qu’il a sur cette île de malheur? Arrivera-t-il à gérer son peuple?

J’aime vraiment ce livre. J’aime le fait qu’on ait mélangé un peu de philosophie à de l’information concrète et une partie romancée. Ça fait un très beau mélange vraiment équilibré. De plus, c’est certain qu’on va en apprendre un peu sur un sujet avec l’Encyclopédie car on parle de tout et c’est vraiment bien expliqué et intéressant. Mais il ne faut pas négliger le fait que l’intrigue est très bonne… Contrairement au premier tome, il n’y a pas de passages trop mystérieux et c’est meilleur sur ce point-là. Par contre, je trouve que dans les parties “Michael Pinson” (pas d’Encyclopédie), le choix des mots n’est pas toujours au point. Peut-être est-ce parce que c’est un auteur français, mais je trouve vraiment que des mots sont placés à des endroits où d’autres pourraient mieux d’écrire l’action. Aussi, je trouve qu’il y a un manque à la fin. Il n’a pas assez d’informations pour finir, on en voudrait plus. Mais globalement, c’était un très bon livre!

Anne

Pour ceux qui ont lu le livre, avez-vous remarqué que le mot Aeden, si on enlève les “e”, devient… ADN? Hihihi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *