La ville sans vent

Coucou les lecteurs! Aujourd’hui, je vous reviens avec mon avis sur le premier tome d’un tout nouveau dyptique intitulé La ville sans vent. Il a été écrit par Éléonore Devillepoix. Depuis quelques temps, je le vois passer absolument partout, et comme la couverture est tout à fait magnifique, j’ai été ravie de pouvoir me mettre à ce livre grâce aux Éditions Petit Homme! Voici le résumé :

Lastyanax, dix-neuf ans, termine tout juste sa formation de mage lorsqu’il découvre le corps sans vie de son mentor. Tout en enquêtant sur ce mystérieux meurtre, il obtient un poste auprès de l’indélogeable souverain d’Hyperborée, le Basileus. Ainsi, il va à la rencontre de la jeune Arka, guerrière étrangère déterminée à retrouver le père qu’elle n’a jamais connu. Qui est le meurtrier du mentor de Lastyanax? Est-il le prochain sur la liste? Arka retrouvera-t-elle son père? Quel est le destin du mage et de la jeune fille?

La lecture de La ville sans vent a été un choc. Je suis totalement tombée sous le charme de l’univers, des personnages, de l’intrigue, de la plume de l’auteure… Autrement dit, vous l’aurez bien compris : c’est un coup de coeur! 

Dans La ville sans vent, nous allons à la découverte d’Hyperborée, une ville magique construite sous un dôme la protégeant du froid. Ses tours séparent la population en plusieurs niveaux, les plus pauvres tout en bas et les plus riches, tout en haut. Mais ce n’est pas tout : l’univers de ce roman de fantasy ne se limite pas aux frontières d’Hyperborée. On peut également découvrir plusieurs peuples, comme les mages, les Amazones et bien plus encore. Le système de magie, original et construit d’une main (ou plume) de maître m’a totalement captivée. Chaque petit détail inséré dans l’histoire avait sa raison d’être et venait ajouter à l’histoire et l’univers! Si vous me connaissez un peu en tant que lectrice, vous devez savoir que souvent, ce que je préfère dans mes lectures sont les univers. Ici, je ne pouvais pas trouver mieux! 

Parlons maintenant des personnages. Ils étaient  la fois profonds, charmants et authentiques. Lastyanax a eu le don de m’exaspérer et de m’attendrir. Arka, quant à elle, est une boule d’énergie qui a apporté beaucoup de caractère que d”originalité à l’histoire. La dynamique entre ces deux personnages principaux étaient également très intéressante et une fois de plus, je dois vous avouer que c’est un sans faute sur cet aspect.

Les personnages secondaires, aussi nombreux que pertinents, sont également venus ajouter une couche délectable à l’histoire. Mention spéciale à Pyrrha, qui a en plus ajouté une magnifique touche féministe à ce livre et à cet univers fantastique. Et non, cela n’arrive pas toujours dans les romans de fantasy! J’ai très hâte au prochain tome pour continuer de la voir évoluer aux côtés de Lastyanax et Arka.

Comment parler de La ville sans vent sans aborder son intrigue originale et de son addictivité? Dès les premières pages, j’ai eu beaucoup de difficulté à lâcher mon roman tant j’y était accrochée. L’histoire, qui est poussée beaucoup plus loin que la recherche d’un assassin et d’un patriarche, m’a époustouflée par son originalité et sa profondeur. Il y avait la parfaite balance entre les moments d’action et de description. Sans parler de la fin, qui m’a laissée sans mots! J’entrevois déjà les enjeux du prochain tome, et je ne sait pas comment je vais faire pour attendre sa sortie qui me semble être dans des lustres.

Si vous êtes à la recherche d’un fantasy complet, qui vous transportera dans un univers et une intrigue uniques grâce à des personnages authentiques et une plume à la fois drôle et douce, foncez sur La ville sans vent par Éléonore Devillepoix. Quand je vous dis que mon genre préféré est le fantasy, c’est de ce genre de livre dont je vous parle. Je pense bien que nous avons affaire à la prochaine Christelle Dabos avec Éléonore Devillepoix! À quand le prochain sans faute?

Avez-vous lu ce livre? Vous fait-il envie? (en même temps, ce n’est pas trop difficile avec un tel résumé et une telle couverture)

Merci aux Éditions de l’Homme pour l’envoi de ce roman!

Anne

1 Commentaire

  • avatar Lucie P. Gosselin dit :

    Quelle belle couverture! Qui incite à l’acheter et à le lire surtout….

    Le titre est frappant aussi….Histoire pleine de détails et de peuples différents….

    Cette histoires t’a été prenante à lire. Ta critique qui est très précise avec ces détails en gras….Un vrai coup de coeur encore plus fort pour toi cette fois.

    J’ai bien aimé la description en abrégée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *