La petite fille de Monsieur Linh

Coucou tout le monde! Aujourd’hui, je vous reviens sur le blogue pour vous parler de l’une de mes dernières lectures qui était également une lecture pour les cours. Il s’agit donc du court roman La petite fille de Monsieur Linh par Philippe Claudel et publié aux éditions du Livre de poche. D’ailleurs, lorsque je vous en ai parlé sur Instagram, j’ai été agréablement surprise de découvrir que beaucoup d’entre vous avaient également lu ce livre dans un cadre scolaire!

Monsieur Linh a fui son pays et la guerre avec un seul objectif en tête : sauver sa petite fille, Sang Dîu. Réfugié dans un pays d’accueil de l’autre côté de la mer ,où personne ne comprend un seul mot de ce qu’il dit, il se lie malgré tout d’amitié avec un homme veuf et solitaire. Ainsi, aux côtés de Monsieur Bark, Monsieur Linh tentera de s’acclimater à sa nouvelle vie et à son nouveau pays.

J’ai décidé de vous faire un résumé assez vague et assez large, car ce roman se prête très bien à une lecture un peu plus “à l’aveugle”. Tout d’abord, il est très court : il ne fait même pas deux cents pages. De plus, ça se lit un peu comme un conte, car tout au long du récit, peu de détails sont donnés sur les origines des personnages, de façon à créer un roman atmosphérique. Autrement dit, c’est absolument parfait si vous voulez vous plonger dans un livre pour un seul après-midi, et découvrir la touchante histoire de Monsieur Linh du même coup!

À ma grande surprise, j’ai beaucoup apprécié cette lecture malgré qu’elle soit faite dans le cadre de mon cours de français. Tel que mentionné plus tôt, c’est une histoire très atmosphérique. La plume légère et douce de Philippe Claudel est très addictive. Elle permet de transmettre des messages forts sur des thématiques actuelles et tout à fait poignantes : je ne vous cacherai pas qu’en refermant mon livre, j’étais tout simplement bouleversée… Si vous souhaitez en apprendre plus sur les impacts de la migration, de la guerre, ou bien si vous voulez vous sensibiliser à des amitiés peu communes et à la définition de l’amour, La petite fille de Monsieur Linh est le roman qu’il vous faut. Votre lecture vous fera assurément réfléchir, tellement on se sent plongé dans l’histoire!

Au final, on pourrait pratiquement qualifier ce roman de nouvelle étant donné que le dénouement est constitué d’une chute. Deux éléments majeurs viennent mettre un point final encore plus bouleversant et poignant au récit. Malheureusement, j’ai deviné l’un d’entre eux, chose qui m’a laissée sur une note un peu amère. Jusque là, j’avais trouvé le récit assez original. Malgré tout, l’autre moitié de la chute était tout à fait inattendue pour moi. En refermant mon livre, j’ai réalisé que de nombreux détails avaient été parsemés ici et là pour nous laisser comprendre, et j’ai beaucoup apprécié cet aspect étant donné que lorsqu’on continue à penser à une fin après l’avoir lue, c’est toujours bon signe.

Autrement dit, La petite fille de Monsieur Linh a été une excellente lecture pour un livre obligatoire, bien que la fin m’aie en partie déçue. Si jamais vous voyez ce livre à votre programme scolaire, rassurez-vous : non seulement ça se lit vite, mais vous passerez également un bon moment (oui, c’est rare, alors on en profite).

L’avez-vous lu vous aussi? Qu’en avez-vous pensé?

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *