La Faucheuse tome 3

Coucou tout le monde! Aujourd’hui, je suis enfin de retour avec mon avis sur le tant attendu dernier tome de la Faucheuse. Il a évidement été écrit par Neal Shusterman et publié dans la Collection R. Ah et, si tu n’as pas lu les tomes précédents de cette trilogie je te conseille de passer directement à mon avis (saute le paragraphe suivant), car il y a des spoilers dans le résumé 🙂

Alors que le Maître Goddard obtient de plus en plus d’influence sur la Communauté des faucheurs, toute la population mondiale est reléguée au rang de malpropre. Toute? Non! Greyson Tolliver est le dernier homme à pouvoir communiquer avec le Thunderhead, qui semble vouloir lui confier une mission. Celle-ci pourrait être accomplie en tant que prophète des Tonistes, en tant que « Glas ». Qu’est-ce que le Thunderhead a en tête? Quels sont les plans de Goddard et pourquoi agit-il ainsi? Qu’est-il advenu  de Citra et de Rowan après l’effondrement d’Endura? Quel sera leur rôle à jouer dans cette révolution? L’immortalité est-elle en jeu?

Le Glas a été une lecture malheureusement assez décevante. Pour me citer moi-même, je vous avais avoué dans ma critique du tome 2, il y a déjà presque deux ans, que le « deuxième tome est plus un intermédiaire entre deux tomes chocs ». J’avais effectivement trouvé que l’histoire était éparpillée, très dense et complexe, et puis finalement il n’y avait pas grand chose qui faisait progresser le récit excepté cette fin époustouflante qui nous a tous donné envie de lire la suite (comme de fait j’étais très excitée depuis l’annonce de la sortie début 2020!!). Cependant, Le Glas n’a pas du tout été un tome choc pour moi et a plutôt continué dans la tangente du tome précédent.

En effet, j’ai eu beaucoup de difficulté à passer à travers cette brique de 700 pages. Personnellement, je me questionne fortement à savoir si un aussi grand nombre de page était nécessaire. Après coup, je suis d’avis que c’était un peu long. J’ai trouvé qu’il y avait plusieurs longueurs ; le roman aurait facilement pu faire 200 pages de moins tout en conservant ses intrigues. Pas qu’il n’y avait pas de rebondissements et de développements : seulement, ceux-ci n’étaient pas totalement rythmés de façon à ce que nous conservions notre intérêt.

Ce sentiment de densité et de lourdeur de l’intrigue est aussi dû au fait qu’on suit un nombre phénoménal de personnages dans ce roman. Neal Shusterman a la caractéristique d’introduire des personnages secondaires régulièrement, et je ne m’en plains pas (ou du moins, je ne m’en plains pas jusqu’à ce que ce nombre de personnage devienne trop grand pour que je puisse me souvenir d’eux convenablement). De plus, à un certain moment, on arrive à un certain point où il est impossible qu’autant de personnages jouent un rôle crucial dans l’histoire. Donc, on constate que ces personnages ne sont peut-être pas tous nécessaires…

Toujours du côté des personnages, j’ai été déçue de ne pas autant retrouver Citra et Rowan dans ce tome final. Je sais que c’était pareil dans le tome 2, mais étant donné qu’ils étaient les personnages principaux dans le premier tome, je me serais attendue à une certaine constance durant la trilogie. J’avais vraiment espoir que cela revienne dans le Glas, mais cela n’a pas été le cas. Je crois que je dois me faire à l’idée que le « personnage principal » de La Faucheuse est plutôt l’humanité (en quelque sorte), et que les personnages que nous découvrons tout au long de la trilogie sont seulement des acteurs de l’avenir de notre espèce. Cela viendrait également apporter une explication au caractère temporaire et à la quasi-absence ponctuelle de plusieurs d’entre eux. Mais bon, même si je m’en rends compte en ce moment, il est un peu trop tard pour changer mon ressenti lors de ma lecture.

Dans un autre ordre d’idées, j’ai été très surprise par la tangente que l’histoire a prise. En effet, j’ai trouvé que le récit est parti dans une direction totalement inattendue et beaucoup trop facile à mon goût. Lorsque les lecteurs ont découvert Neal Shusterman et son univers de La Faucheuse à la sortie du premier tome, cela a automatiquement amené des réactions et des réflexions sur le thème de la mort et de l’immortalité. Personnellement, c’est ce qui m’avait intéressé les premières fois que j’en avais entendu parler. Malheureusement, plus la série a avancé, moins on abordait cet enjeu éthique qui est pourtant très riche et original. Je trouve que l’immortalité des humains a un peu été prise pour acquise dans Le Glas et a été reléguée au banc des joueurs. Bien que d’autres thèmes tels que la religion (on ne peut pas passer à côté des Tonistes, qui caractérisent ni plus ni moins la naissance d’un culte), le pouvoir (non sans rappeler l’actualité) ou bien l’intelligence artificielle soient abordés, on passe un peu à côté d’une conclusion sur le sujet de la mort qu’on avait pourtant beaucoup désirée. Les autres sujets sont intéressants, mais c’est un autre facteur qui alourdit le roman de par sa complexité et son éparpillement. Trop, c’est comme pas assez! Finalement, j’ai trouvé que le dénouement était beaucoup trop simple après une intrigue aussi dense et cela m’a vraiment laissé sur une drôle d’impression. Malheureusement, je crois que le dernier tome de la Faucheuse n’est pas à la hauteur du premier.

Cependant, malgré ces points négatifs, je suis tout de même consciente de ce que cette lecture a de positif. Même si la réflexion n’est pas tout à fait au point dans le livre, le sujet de l’immortalité est toujours un super sujet qui continue à me tarauder après ma lecture. L’univers de base relève également du génie et il va décidément rester gravé dans l’imaginaire collectif. Même si je n’ai pas exactement eu ce que je voulais de la fin de cette trilogie, cela ne prend qu’un tome époustouflant pour passer à l’histoire : le premier volet de la Faucheuse, que vous devez absolument lire. Évidemment, une fois lancé, on préfère tout de même savoir la suite, donc c’est pour cette raison que je recommande malgré tout la lecture de cette trilogie. Après tout, c’est toujours mieux de se faire son propre avis! Autant je n’ai pas particulièrement apprécié ma lecture, autant j’ai vu passer de très nombreux avis positifs. Qu’en avez-vous pensé?

Pour ma part, j’ai très hâte de voir ce que les studios Universal vont en faire. Verra-t-on un phénomène Hunger Games ou plutôt un effet Divergence animer les communautés de fan YA? Seul l’avenir pourra nous le dire… et pour l’instant, mon avenir c’est le confinement, alors hop! je retourne à mes lectures.

Merci beaucoup à la Collection R pour l’envoi de ce roman! 🙂

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *