Iskari tome 1

Mon appréciation

9 Qualité de l’intrigue

8 Cohérence du schéma narratif

9 Clarté du texte

7 Respect du genre

8 Appréciation de la trame narrative

Prenez note que 10 est excellent et 0, médiocre.

Salut les lecteurs! Aujourd’hui, je vous reviens avec la critique du premier tome d’Iskari. Il s’agit d’un roman écrit par Kristen Ciccarelli et publié chez Gallimard Jeunesse. Et regardez moi cette couverture! Non mais!

Asha est la princesse de Firgaard. On la nomme Iskari, titre qui tire ses origines des légendes interdites. En effet, les histoires reliées à l’Ancien ont comme pouvoir de réveiller le feu des dragons, qui ont trahi le peuple des Draksors, et de ronger ses conteurs. Toutefois, la jeune fille les raconte tout de même secrètement pour s’adonner à la chasse au dragon. Lorsque son père la promet à Jarek, l’ignoble commandant des armées, elle est prête à tout pour annuler le mariage. Même si cela veut dire de tuer Kozu, le Premier dragon, qui lui doit la cicatrice qu’elle arbore fièrement sur la moitié de son corps. Alors qu’une nouvelle chasse s’annonce, l’Ancien se révèle à Asha et change ses plans. Que s’est-il réellement passé le jour où elle s’est fait brûler? Pourquoi l’Ancien lui fait-il des cadeaux? Qui est l’esclave de Jarek et pourquoi veut-il aider Asha? L’Iskari réussira-t-elle à se défiler du mariage?

Mon avis sur cette lecture est assez mitigé. Encore une fois, j’avais de certaines attentes, qui malheureusement n’ont pas toutes été comblées. Premièrement, j’ai eu beaucoup de difficulté avec les personnages. Celui d’Asha m’a plus particulièrement énervée, ce qui tombe mal puisque c’est le personnage principal. Son attitude hautaine et son empathie inexistante rendent sa personne peu attachante. Pour ce qui est des autres personnages, en général, j’ai trouvé qu’ils étaient assez stéréotypés (hem hem Jarek) et qu’ils n’évoluaient pas durant le récit. Ils n’étaient pas assez appronfondis à mon goût, ce qui m’a beaucoup surprise étant donné l’épaisseur du livre. Mais bon, je conviens que ce genre de personnages constitue la recette parfaite du fantasy à succès, et que tout le monde aime les lectures fantasy sans prises de têtes à un moment ou à un autre. Même moi… Deuxièmement, j’ai trouvé que le livre avait une trame narrative assez éparpillée. L’introduction est longue, quoique ce ne soit pas trop grave puisque c’est un premier tome. Ensuite, j’ai senti qu’on avait beaucoup d’éléments qui nous empêchaient de déterminer ce qu’était la quête principale. Autrement dit, le grand nombre de rebondissements m’a donné l’impression que je ne savais pas exactement dans quel sens l’histoire se dirigeait. Pas dans le sens de « je voudrais que ça soit plus prévisible », bien au contraire : ce que j’aurais préféré, c’est que la mission, la ligne directrice du récit, soit énoncée plus clairement. Je me sentais perdue dans tous ces événements et malheureusement, cela a eu pour effet que je n’étais pas tout à fait investie dans ma lecture. Mais bon, je crois que le roman Iskari regorge également de points positifs, tel que l’histoire d’amour trop chou (je sais, je suis de même aussi) : tout d’abord, je suis tombée en amour avec l’univers mystérieux dans lequel l’histoire prend place. L’atmosphère du désert m’a beaucoup fait penser à Reign the earth, un livre que j’avais lu justement à cette période de l’année l’an passé, et au premier tome de Kaïsha. J’ai également a-do-ré les dragons, les histoires interdites, le peuple esclave, tout l’univers quoi! Selon moi, c’est ce qu’il y a de meilleur dans ce livre. Je me suis littéralement délectée de découvrir les ramifications d’un nouveau monde fascinant. Il était facile de s’imaginer les scènes dans notre tête grâce aux nombreuses descriptions. Pour terminer, j’ai beaucoup aimé la fin de l’histoire. Je ne m’attendais définitivement pas au dénouement d’Iskari. Après une lecture que je qualifierais de mixed emotions, j’ai été capable de rester sur une impression assez positive. C’est pourquoi je recommande malgré tout la lecture de ce roman. Quant à moi, je lirai la suite de l’histoire d’Asha. Et vous, qu’en avez-vous pensé? Voudriez-vous lire ce livre? Laissez-moi savoir en commentaires!

Merci à Gallimard Diffusion Jeunesse pour l’envoi de ce roman!

Anne

1 Commentaire

  • avatar Lucie P. Gosselin dit :

    Critique lue. Mais cette histoire me semble moins prenante que celle d’ Yuska…

    Ce n’est pas drôle d’être promise comme elle par son père….

    Beaucoup de réponses à venir tout au long de cette lecture pour découvrir l’histoire…
    Encore un beau français agréable à poursuivre pour moi……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *