Hôtel Castellana

Bonjour les lecteurs! Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler d’un livre qui me faisait très envie depuis que j’ai vu qu’il allait être traduit en français. En effet, j’avais beaucoup entendu parler du fameux The fountains of silence de Ruta Sepetys (et de l’auteur qui a écrit de nombreuses fictions historiques qui me mettent l’eau à la bouche), donc à force de le voir passer et de me sentir en manque de fiction historique, il a commencé à monter les échelons de ma wishlist. Sans plus de suspense, voici donc le fameux résumé de ce roman :

Madrid, 1957. Daniel Matheson, jeune Américain de dix huit ans, passe les vacances d’été à l’Hôtel Castellana en compagnie de ses parents. Passionné de photographie, il participe à un concours pour entrer dans une école de journalisme. C’est à l’hôtel, haut lieu de la société américaine, qu’il rencontre Ana, femme de chambre. Alors que tout les oppose, l’adolescente lui fera découvrir ce que c’est de vivre dans un pays sous dictature. Daniel prendra-t-il conscience du silence auquel la population est soumis?

Hôtel Castellana a été une lecture coup de coeur. Avec ce livre, on plonge dans l’Espagne franquiste pour ne plus en ressortir. Tout d’abord, il est bon de mentionner que je ne suis absolument pas connaissante sur le sujet. Mes cours d’histoire, à l’école, étant centrés sur le passé du Canada et vaguement sur de la fin du 20e siècle, ont complètement zappé de nombreux pans de l’histoire qui ont pourtant été complètement déterminants pour des pays plus près de chez nous qu’on pourrait le croire. Évidemment, je connaissais les grandes lignes de l’Espagne de Franco, mais on peut tout de même dire que j’en ai beaucoup appris avec ce livre et que ce fût non seulement instructif mais absolument agréable. Il est également à noter que les chapitres sont parfois alternés avec des passages d’archives, chose que j’ai beaucoup appréciée! Cela nous permet vraiment de mettre en lumière des points précis de l’histoire, mais également de construire un récit entrecroisé tout à fait ingénieux. En général, je suis toujours fan de ce genre de croisement, par exemple dans Les fourmis de Bernard Werber, mais cette fois-ci il était particulièrement bien réalisé. En d’autres mots, tout ce qui avait rapport au côté historique était nickel (et même plus!) selon moi.

Parlons maintenant des personnages… ah, les personnages! Contrairement à ce que nous pourrions penser en raison de la couverture, le personnage principal de cette histoire est plus Daniel qu’Ana (la différence se joue de peu, mais on se retrouver beaucoup plus du côté de l’Américain que de l’Espagnole). Il était définitivement mon personnage préféré! Tout les autres étaient également construits de merveilleuse façon, mais le garçon avait réellement cette touche d’authenticité qui fait la différence. Il n’était pas figé dans une description qu’on faisait de lui : un peu plus et on avait l’impression de l’entendre respirer à travers les pages! Ses réflexions externes à l’Espagne m’ont vraiment permis de me mettre dans sa peau et comprendre la réalité de la dictature.

Les relations entre les personnages sont un autre point fort de ce roman. Lorsqu’on mentionne Destins croisés dans l’Espagne de Franco sur la couverture, c’est réellement de cela dont on parle. Tel que mentionné plus tôt, les croisements et alternances entre les personnages et quelques faits historiques par-ci par-là sont une grande force rythmique d’Hôtel Castellana. Les personnages évoluent, se côtoient et créent une atmosphère si addictive qu’il est impossible de lâcher son livre. La romance m’a donné des papillons et m’a fait rêver. Ce n’est pas un roman plein d’action et pourtant, c’est tout comme. Lorsqu’on lit Hôtel Castellana, on vit l’instant présent et on est bien : lorsqu’apprécier un livre dépasse l’envie de connaître à tout prix le dénouement, c’est là l’essence d’un coup de coeur. On ne veut pas que cela finisse.

Malheureusement, ce fût évidemment le cas à un certain point. J’ai complètement adoré Hôtel Castellana, j’ai complètement adoré en apprendre plus sur un pan de l’histoire qui m’était inconnu et m’attacher à des personnages dont je m’ennuie déjà. Comme je vous l’ai dit au début de cet article, Ruta Sepetys fait beaucoup parler d’elle et nombre de ses livres me font envie. La lecture d’Hôtel Castellana n’a été que la confirmation que c’est définitivement une auteure que je veux découvrir et dont je veux lire les autres oeuvres!

Avez-vous lu Hôtel Castellana? Vous fait-il envie?

Merci à Gallimard Diffusion Jeunesse pour l’envoi de ce roman!

Anne

1 Commentaire

  • avatar Lucie P. Gosselin dit :

    Bravo pour ce coup de coeur…
    Tu as beaucoup appris avec Daniel qui t’a été très sympathique en plus….Bravo aussi pour ce plaisir de lire cette auteure….L’ecture qui t’a même donné des papillons et fait rêver…
    Il y a beaucoup à apprendre sur Franco. Marcel et moi, sommes assez renseignés sur Franco et sur l’histoire de l’Espagne.
    Bravo pour tes 5 étoiles….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *