Harry Potter et l’enfant maudit

Harry Potter et l'enfant maudit

Mon appréciation

8 Qualité de l'intrigue

9 Cohérence du schéma narratif

9 Respect du genre

9 Appréciation de la trame narrative

Prenez note que 10 est excellent et 0, médiocre.

◊Salut tout le monde! Une semaine après sa sortie (en anglais seulement, la version française sera dans les librairies seulement en octobre) officielle au théâtre, mais aussi dans les magasins, je vous critique et résume le huitième tome de Harry Potter. Il a été coécrit par J.K. Rowling, Jack Thorne et John Tiffany. Voici donc ce que raconte ce livre… (c’est une pièce de théâtre)

Dix-neuf ans après la bataille contre Voldemort à Poudlard, Albus Severus Potter, fils d’Harry et frère de James et Lily, s’apprête à rentrer en première année à l’école de magie. Mais Albus est très inquiet : il ne sait pas ce que vont penser Harry et Ginny s’il doit aller à Serpentard et non à Gryffondor comme le reste de sa famille l’a été. Bien que rassuré, l’inévitable se produit… Albus part donc rejoindre son nouvel ami Scorpius, fils de Drago Malfoy, dans la maison à la réputation maléfique. Alors que cette séparation se produit, Albus commence à s’éloigner des personnes qu’il avait jusqu’ici aimées : Rose, la fille d’Hermione et Ron, jusqu’à son propre père qu’il ne comprend plus et ne supporte plus. Harry Potter qui a sauvé le monde, Harry Potter qui… Tout ça s’ajoute au fait qu’il est ami avec le prétendu fils de Voldemort. Scorpius sait bien que c’est faux, mais les rumeurs sont toujours aussi présentes. En quatrième année, un événement bouleversant se produit. Amos Diggory, le père de Cédric Diggory (ce dernier est mort lors du tournoi des Trois Sorciers il y a vingt ans), est en colère contre Harry qui n’a pas pu sauver son fils. Quoique très peiné, Harry ne cède pas sous la pression. Fâché contre son père et pour lui prouver qu’il peut lui aussi sauver des vies, Albus se fera entraîner par une certaine Delphi, la nièce d’Amos. Avec Scorpius, ils déroberont le dernier Retourneur de Temps existant pour aller sauver Cédric. Mais jouer avec le temps n’est pas une bonne idée… La réalité sera modifiée négativement. Dans le pétrin, Albus et Scorpius ne sauront quoi faire, mais voudront quand même sauver Cédric. Pendant ce temps, Harry et Drago cherchent leurs enfants, dévoilant à l’autre des secrets enfouis profondément. les deux jeunes Serpentards arriveront-ils à sauver Cédric? Retrouveront-ils la vraie réalité? Qui est Delphi? Albus et Harry arriveront-ils à s’entendre?

Sincèrement, j’ai trouvé le livre très bon. Avant qu’il sorte, j’ai rencontré plusieurs sceptiques qui ne savaient pas si cela serait un vrai Harry Potter, ou si le fait que ça soit une pièce de théâtre influence la qualité de l’histoire… En tant qu’admiratrice d’Harry Potter, j’avais vraiment besoin d’une suite et je crois que c’était le cas de tous les autres fanatiques à travers le monde. J’ai vraiment aimé la pièce de théâtre, ce n’était pas comme les autres tomes, mais je ne pense pas que ça soit d’une copie conforme des autres livres dont nous avions besoin, mais plutôt de nouveauté et de détails, ainsi qu’une nouvelle intrigue. De plus, je n’ai pas perçu le demi-changement d’auteur. Jack Thorne et John Tiffany ont su récupérer l’esprit d’Harry Potter. Malgré tout, je n’ai pas vraiment aimé l’effet redondant des voyages dans le temps. Il y en avait beaucoup. Par contre, quand on avait l’impression que c’était fini, on repartait avec l’histoire et j’aime cet effet-là. On ne s’attend pas du tout à ce qui va se passer. Bref, je trouve que c’est une réussite. Bonne lecture!

Anne

“Hapiness can be found even in the darkest of times if one only remembers to turn on the light.” -Albus Perceval Wulfric Brian Dumbledore

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *