First job, new life tome 1

Coucou les lecteurs! Aujourd’hui, je vous reviens sur le blogue pour vous parler d’un petit manga que j’ai reçu par surprise très récemment. Je n’en avais jamais entendu parler, mais dès le premier coup d’oeil, la couverture fraîche et pimpante du premier tome de First job, new life par Nemu Yoko m’a beaucoup plu. Voici ce que raconte le premier tome de cette saga de mangas en quatre tomes :

Tamako vient de décrocher son premier job. Malheureusement, il ne s’agit vraiment pas de son emploi de rêve : la boîte de graphisme est reconnue pour son environnement toxique, son patron intransigeant et les heures supplémentaires à s’en arracher les cheveux. Mais serait-ce dans de telles conditions que Tamako parviendra à s’épanouir pour la première fois?

J’ai été un peu surprise par cette lecture. En effet, je m’attendais à un manga contemporain tout doux, tout léger. Certes, ça l’est quand même, mais il aborde aussi des sujets plus profonds comme les emplois toxiques et les relations avec les collègues de bureau (qui ne sont pas toujours paradisiaques, on s’entend…). Tamako sort tout juste de ses études, elle n’a jamais eu de copain et voilà que tout d’un coup, elle débarque dans une boîte de graphisme à l’opposé de sa personnalité rangée et timide.

Comme dans toute série de manga, le premier tome est assez introductif et pose les bases des personnages. J’ai bien apprécié Tamako, mais je ne suis pas parvenue à m’attacher à ses collègues de travail. On aurait dit que leurs comportements étaient un peu trop négatifs à mon goût. En fait, je dirais que c’est cet aspect qui m’a un peu déçue avec ce manga. L’équilibre entre les thèmes plus sérieux et les moments plus légers n’était pas vraiment au rendez-vous. Je ne me sentais donc pas particulièrement investie dans l’histoire jusqu’à la toute fin, qui m’a laissé sur une meilleure note comme elle est assez intrigante pour une suite.

Cependant, je dois vous avouer que je suis tombée amoureuse d’un aspect en particulier de ce manga : son style graphique. Comme la bande dessinée japonaise est un genre littéraire qui m’intéresse grandement (auquel je veux laisser une plus grande place dans mes lectures, au même titre que le graphique en général) je suis ravie de voir que je commence à saisir les petites différences entre les coups de crayons d’auteurs/artistes différents. Je sais que c’est cliché, mais auparavant, je trouvais que les dessins se ressemblaient tous! Pour une débutante dans cet univers, je trouve génial de commencer à remarquer que ce n’est pas du tout le cas. Dans First job, new life, on a donc droit à un style de personnages plus élancés, moins “caricaturaux” ainsi qu’à une mise en page plus épurée. J’ai tout à fait apprécié les illustrations qui, au fond, sont, à mon avis, un point très positif de ce manga.

Bref, je ressors de la lecture de ce premier tome de saga sans d’avis particulièrement négatif, mais je ne suis pas non plus en pâmoison devant cette histoire. Chose certaine, j’adorerais lire la suite afin de me faire une idée plus générale de ce récit de Nemu Yoko.

L’avez-vous lu? Qu’en avez-vous pensé?

Merci à la Boîte de Diffusion pour l’envoi de ce manga!

Anne

1 Commentaire

  • avatar Lucie P. Gosselin dit :

    Je commente avec ma nouvelle adresse internet….

    Le patron de cette boîte ne ressemble pas à Jean-François….
    Quelle boîte pour Komato…. Dans le 4e paragraphe, je te vois spécialiste pour le style graphique, pour les personnages et la mise en page…
    Tu lis tellement, ça ne me surprends pas….
    J’ai hâte, pour toi, à la suite de cette saga….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *