Filles uniques

Coucou tout le monde! Aujourd’hui, il est l’heure de voyager jusqu’en Chine pour se parler du roman Filles uniques par Anne Loyer.

Xinxin est une fille unique. Elle n’a jamais considéré cet état jusqu’à ce que la législation change et qu’il soit désormais permis de concevoir un deuxième enfant. En effet, sa meilleure amie lui annonce qu’elle n’a pas du tout hâte que sa mère accouche d’un petit frère ou d’une petite soeur… et Xinxin se sent désormais jalouse de ne pas être dans sa situation. Ainsi, elle commencera à investiguer le cas dans sa propre famille. À quoi devra-t-elle faire face en abordant le sujet?

Dans Filles uniques, j’ai apprécié de partir à la découverte de la Chine et des hauts et des bas de leur culture. Si je connaissais la loi de l’enfant unique, j’y avais rarement pensé plus que quelques minutes afin de comprendre ce que cela impliquait réellement. Autrement dit, je crois que ma lecture m’aura définitivement ouvert les yeux sur cet enjeu, et c’est toujours un gros plus lorsqu’on découvre un livre!

Cependant, je dois dire que ce livre est assez sinon un peu trop prévisible. Il fait 200 pages, chose qui est très agréable de mon côté, comme j’aime toujours passer rapidement à travers les histoires, mais je n’étais pas à une trentaine de pages que je savais déjà quel allait être le retournement de situation principal de ce roman. En faisant la part des choses, j’ai quand même pu apprécier le reste de ma lecture, mais ne vous attendez pas à être surpris avec Filles Uniques.

Selon mes recherches sur Internet à propos de ce roman, j’ai vu que quelques lecteurs avaient mentionné le fait qu’Anne Loyer n’étant pas elle-même Chinoise, il était difficile de se fier à la justesse de son histoire. Personnellement, je crois qu’il est possible d’écrire à propos de ce que l’on ne “connait pas” dans la mesure où on fait des recherches suffisantes. Autrement dit, un petit chapitre explicatif à la fin de ce roman à propos de l’enjeu m’aurait grandement intéressée et serait venu porter le sceau final de mon appréciation, mais selon moi, cela reste quand même une bonne source d’informations sur le sujet. Je pense que j’en sais plus à propos de la politique de l’enfant unique et après tout, c’est ce qui importe le plus avec ce roman.

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *