Extincta

Coucou les lecteurs! Une fois de plus, je vous reviens avec mon avis sur un roman de Victor Dixen. Cette fois-ci, il s’agit de son dernier bébé, c’est-à-dire Extincta. Vous l’avez probablement vu passer des masses sur bookstagram et booktube, donc je ne vous embête pas plus avant de vous en faire le résumé !

La Terre est désormais ravagée par les conséquences des changements climatiques. Les Derniers Humains se sont donc réfugiés sur les Dernières Terres, où ils se donnent au culte de Terra dans l’espoir que la nature renaisse. Astréa, jeune suante de Viridienne, rêve de se consacrer à sa déesse jusqu’au jour où son frère est accusé d’actes terracides et se retrouve condamné à mort. C’est en tentant de lui porter secours qu’elle croisera la route d’Océrian, l’infirme prince aîné du roi, qui s’est fait écarter de la ligne de succession. Réunis malgré eux dans une quête à travers les Dernières Terres, ils ne se doutent pas que l’extinction de leur espèce approche bientôt. Quelle en sera la cause? Quel est le destin d’Astréa et Océrian? Quel est le destin des Derniers Humains?

Victor Dixen a encore frappé. Après la lecture de ce livre, je sens qu’il a atteint son objectif de nous conscientiser sur le deuxième défi de l’humanité : les changements climatiques (le premier étant l’intelligence artificielle, qui a été discuté dans le roman Cogito. Cliquez ici pour en lire la critique). Je suis une fois de plus ressortie de cette lecture chamboulée.

Les 50-100 premières pages de ce livre nous font bien comprendre l’univers de ce livre. C’est introductif, mais je n’y ai pas vu d’inconvénient, car ce n’était en aucun temps long et lent. En effet, le monde dans lequel prend place Extincta est vraiment bien construit et agréable à découvrir (bon, en même temps, il est agréable tant qu’il reste dans un livre, on s’entend). Une fois ce bon départ, on rentre rapidement dans l’histoire, dans l’évolution des personnages et des relations entre ceux-ci. Il y a constamment quelque chose qui se passe et je n’avais jamais envie d’arrêter ma lecture! Je me souviens d’avoir traîné mon bouquin absolument partout la semaine où je l’ai lu et d’en lire quelques pages dès que l’occasion se présentait. Malgré le fait que l’on connaissait la fin de l’histoire (l’extinction des humains),  cela n’a en aucun temps diminué mon envie de savoir comment on allait y arriver. Dans les faits, j’oserais même dire que ça l’a décuplée!

Outre le côté addictif de cette histoire, d’autres éléments du récit m’ont plu. Lors de ma lecture de Cogito, je vous avais mentionné avoir beaucoup apprécié le côté philosophique à la Bernard Werber. Je l’ai une fois de plus retrouvé dans ce que l’on pourrait qualifier en quelque sorte de « suite » (Extincta se déroulant dans le même monde que Cogito et Phobos, sans toutefois avoir besoin de les lire dans l’ordre ou de tous les lire pour comprendre. Autrement dit, il n’y a que des références entre eux). Évidemment, c’est plus de la sensibilisation que de la philo pure et dure comme dans Cogito, car on a affaire à un enjeu beaucoup plus tangible et moins « éthique » que celui de l’intelligence artificielle, mais j’ai tout de même adoré retrouver cette petite twist éblouissante et qui fait assurément réfléchir. Ça me comble totalement que Victor Dixen prenne un virage dans cette direction par rapport à son écriture parce que ce genre de livre vertigineux est réellement mon genre préféré. Ces réflexions sont d’autant plus accentuées par le fait que le style d’écriture est également haussé d’un cran par rapport à Phobos. C’est peut-être ma mémoire qui fait défaut, mais j’ai l’impression que les phrases coulent encore mieux qu’avant et sont encore plus agréable à l’oeil. Bref, j’aime.

Malgré tous ces point positifs, je ne peux pas affirmer que je n’ai rien trouvé qui me plaisait moins. En effet, la fin a été pour moi une petite déception. Pas qu’elle ne m’a pas satisfaite, seulement, j’en avais tellement entendu parler et j’avais tellement vu de commentaires du genre « c’est ouf cette fin », « attendez de voir la fin, c’est du lourd » ou bien même « vous ne vous y attendrez pas du tout à cette fin » que j’ai eu un effet contre-wow (hey, ça fait longtemps que je l’avais sorti celui-là). Autrement dit, on m’avait trop hypé le truc et cela n’a pu que me décevoir quand j’y suis réellement arrivée. Je constate cependant les qualités du dénouement, en soi c’est excellent et j’aurais pas pu imaginer mieux, mais   je n’ai pas non plus pu m’empêcher de me dire que si l’on ne m’avait rien dit, j’aurais pu l’apprécier beaucoup plus pleinement. En bref, je reproche pas vraiment ma mince déception à Victor Dixen mais plutôt à ceux qui m’ont hypé la fin à n’en plus finir!

De plus, je dois vous avouer que j’ai encore une fois trouvé les personnages principaux légèrement « classiques YA ». C’était ce qui, à la base, m’avait préservé du coup de coeur pour Cogito, même si je le considère désormais comme tel (bon, on s’entend, il m’avait tellement fait réfléchir et il était tellement resté dans mes pensées que Roxane, c’était des pinottes à côté). Je ne me suis donc pas vraiment surprise à trouver que leur comportements étaient un peu stéréotypés et évidents. Une fois que j’ai accepté cela, forte de mon expérience passée, je me suis mise à les apprécier beaucoup plus et, au final, apercevoir qu’ils étaient tout de même profonds et marquants. Autrement dit, ça passe un peu dans le beurre à mes yeux!

Finalement, j’ai beaucoup aimé lire Extincta de Victor Dixen. La Collection R a encore accompli un magnifique travail éditorial pour tout ce qui a attrait à la couverture et aux illustrations parcourant les pages du roman. La bougie qui se trouvait à chaque début de chapitre ainsi que les cartes géographiques ont vraiment contribué à me plonger dans l’atmosphère de fin du monde, tout en étant résolument futuristique. Je recommande tout à fait la lecture du dernier-né de Victor Dixen. L’avez-vous lu? Qu’en avez-vous pensé?

Merci à la Collection R Canada pour l’envoi de ce roman!

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *