Dilemme de lecteur : papier ou électronique?

Coucou ! Ça fait longtemps que je pensais à vous faire un article sur les liseuses électroniques, alors voilà ! Je sais que ce n’est pas encore une majorité de personnes qui lisent numérique et que beaucoup d’entre eux n’osent même pas y penser. Mon article d’aujourd’hui vise justement ces gens (les autres aussi hein, c’est juste que je veux montrer ce qu’est vraiment une liseuse à ceux qui l’ont en horreur).

Pour commencer, je voulais vous parler de ma propre expérience avec une liseuse. Avant d’en avoir une, je ne vous le cache pas, les livres papier étaient comme une religion pour moi. Je ne les ouvrais pas trop (hihi, je parle au passé comme si je ne faisais pas encore ça), je ne les prêtais pas trop de peur qu’ils se brisent, enfin, tout pour qu’ils restent comme neuf. En plus, quels beaux objets ! Un jour, j’ai vu une amie avec sa toute nouvelle liseuse et j’ai commencé à comprendre les avantages que ça représente (surtout pour le transport). À Noël un an ou deux après, j’en ai une ! J’ai toujours la même (ça va faire trois ans en décembre) et c’est une Kobo Aura H2O Edition 1. Aujourd’hui, l’édition 2 se détaille à 199,99 $, mais je crois que lorsque j’ai eu la mienne le prix tournait autour de 130 $. Ce prix, par contre, n’inclut pas l’achat de la pochette protectrice. Notez qu’il existe quand même des dizaines de modèles de liseuses, dont plusieurs chez Kobo, et les prix diffèrent beaucoup. À vous de les comparer !

J’ai tout autant lu des livres que des bandes dessinées. Il est possible d’acheter des livres directement sur la liseuse ou bien même sur le site Internet de vos librairies préférées (à condition d’avoir le logiciel de téléchargement nécessaire sur votre ordinateur… que je n’ai pas). Vous pouvez également en louer si votre bibliothèque offre des livres numériques. Ici aussi, ça prend le fameux logiciel ! La batterie, pour ma part, dure environ 1 mois-1 mois et demi. Vous avez quand même compris que je ne lis pas tous mes livres sur ma liseuse, loin de là ! J’ai encore une bibliothèque bien garnie dans ma chambre, et je ne compte pas l’abandonner.

Passons maintenant aux avantages et inconvénients de posséder une liseuse. Je suis certaine que vous n’auriez jamais pensé à plusieurs d’entre eux…

Les avantages de posséder une liseuse

Bon, peut-être que celui-ci, vous y aurez pensé. Une liseuse, c’est tout petit, donc ça se transporte très facilement. Je ne compte pas le nombre de fois où je me suis sentie vide à l’intérieur après avoir vu que mon livre avait un coin de corné après un passage dans ma sacoche… Avec la liseuse, cette situation n’arrivera plus jamais. Pensez seulement à vos vacances : la valise encombrée par deux ou trois livres (en plus, ça vous empêche d’apporter une xième paire de jeans). Problème résolu ! Dans les transports en commun, c’est plus facile. Au café, c’est plus facile. À l’école, c’est plus facile (non, mais la brique de 800 pages en plus de tes cahiers, ça commence à devenir lourd). Vous voyez ?

Je ne sais pas si cette situation vous arrive souvent, mais à moi, oui. Vous voulez manger et lire en même temps, mais vous êtes obligés de tenir avec une main votre livre et c’est précaire. En plus, quand on ne veut pas trop ouvrir son livre… C’est vraiment un obstacle (surtout quand on mange du yogourt vous verrez. Faits réels.). Avec une liseuse, vous n’avez qu’à l’accoter quelque part, cliquer pour tourner les pages et le tour est joué… Cette facilité d’utilisation s’applique aussi lorsque vous êtes confortablement installé dans votre lit tout chaud et douillet. Même plus besoin d’avoir les deux mains à l’extérieur de la couette, dans le froid sibérien ! Je ne vous citerai pas tous les autres moments de lecture que ma liseuse a améliorés, je crois que vous avez compris… 😉

Avec une liseuse, on ne manque jamais de lecture. Que ce soit pour aller à la librairie ou à la bibliothèque, ça prend un certain temps. Vous avez probablement déjà vécu cette période où vous ne vivez que pour lire le prochain tome d’une saga… et que vous ne pouvez pas l’avoir dans l’immédiat. Avec votre livre électronique, vous pouvez en acheter ou en louer un tout de suite !

Je ne sais pas si c’est le cas pour toutes les liseuses, mais il est tout aussi possible de lire dans la clarté (avec l’encre électronique, qui n’émet pas de lumière nocive pour les yeux) que dans le noir (on peut quand même activer la lumière bleue). Pas besoin de s’encombrer d’une lampe de lecture à 10 $ !

Quelques fois, dans les livres jeunesse, j’ai vu des romans dont la typographie était adaptée aux lecteurs dyslexiques. Malheureusement, ce ne sont pas tous les livres qui sont ainsi… Sur la tablette, on peut changer la police de caractère pour celle que l’on veut que ce soit pour du Arial ou cette fameuse typo pour les dyslexiques. Alors, ils peuvent lire tous les livres qu’ils veulent ! Un gros plus, hein ?

C’est probablement mon pire cauchemar, mais si vous manquez de place pour avoir une bibliothèque chez vous (aouch), acheter une liseuse résoudra votre problème. La mienne peut apparemment en contenir 3000, sans compter ceux qui ne sont pas téléchargés (pour garder de l’espace, après un certain temps sans les avoir consultés, les livres sont dans le nuage. Vous pouvez quand même les retélécharger à tout moment).

En général, les livres, ce n’est pas donné. Toutefois, vous pouvez faire des économies avec les livres numériques ! Ils sont généralement moins chers que leurs versions imprimées. Évidemment, vous ne sauverez pas d’argent tout de suite : la liseuse elle-même a quand même un prix. Cependant, après quelques achats, ça peut faire une différence !

Avez-vous déjà eu l’eau à la bouche après avoir lu le résumé d’un livre, mais que malheureusement, il n’est pas édité dans votre pays ? Ces lectures manquées seront question du passé ; votre liseuse vous permettra de lire des livres d’ailleurs.

Si vous tentez d’apprendre une nouvelle langue en lisant des romans, l’appareil possède des dictionnaires intégrés qui vous permettront d’apprendre la définition de n’importe quel mot en un seul clic. Et ce, dans toutes les langues, même la vôtre ! D’ailleurs (petite anecdote), il m’est déjà arrivé de diriger un doigt vers un mot inconnu… alors que c’était un livre papier. Meilleure chance la prochaine fois !

Les inconvénients de la liseuse
Bon, bon, bon. Je le sais, une liseuse, ça prend de l’énergie. Ce qui implique forcément qu’on doit la charger… Ce n’est pas comme si c’était long, mais quand même. En pratiquement trois ans, ça ne m’est arrivé qu’une seule fois qu’elle tombe raide morte en pleine utilisation. Ce n’est pas si grave que ça, surtout que la batterie dure longtemps ! Il suffit de surveiller un peu et voilà.

Pour tous les amateurs de couvertures : je vous le rappelle, les couvertures sont en noir et blanc, ô horreur. Même si je suis moi aussi une adepte de l’objet, on s’habitue. Mais avant que vous me le disiez, je sais que « ça ne remplacera jamais un vrai livre, non, mais vraiment ». Si vous ne voulez pas vous faciliter la vie simplement pour avoir un bel objet, c’est votre choix. Je ne fais que vous dire que vos désirs peuvent évoluer, comme les miens l’ont fait !

Mmmmmmh, l’odeur et la texture du papier… C’est vrai, celles-là je vous les accorde, rien ne peut les remplacer. Ça peut être un inconvénient pour certains. Par contre, ne pas acheter autant d’objets peut entrer dans une pensée qui survient de plus en plus chez-moi, c’est-à-dire de faire attention à la planète et à la surconsommation (bon, les grandes paroles). Ne pensez pas que je prêche pour la liseuse à cause de la planète (d’ailleurs j’en reparle plus bas), seulement, j’oppose à l’argument de l’objet précieux celui du « minimalisme ». Je ne suis pas minimaliste, mais faire attention, de cette façon, peut faire une différence, point barre.

OK, c’est vrai : quand tu lis avec une liseuse, tu n’as pas le même look qu’avec un livre. Tout simplement parce qu’en premier, on croit que c’est une simple tablette. Moins geek, hein ? Mais rapidement on comprend que c’est une liseuse, et là, c’est encore mieux ! « Ouah, elle lit beaucoup elle ! » C’est juste au début qu’on ne te considère pas… De toute façon, on s’en fout du jugement des autres, non ?

Un autre inconvénient dont on me parle est le fait qu’on ne peut pas vraiment prêter ni offrir de livres électroniques. Peut-être, mais je n’en aurais pas vraiment prêté de toute façon ; pour les cadeaux, ce n’est pas parce que quelqu’un a une liseuse qu’elle ne lit pas aussi papier ! On offre quand même un livre, ce n’est pas grave s’il n’est pas sur sa liseuse… en plus, c’est toujours un beau cadeau ! Finalement, ce n’est pas vraiment un inconvénient…
Finalement, j’ai remarqué, au fil du temps, que les livres numériques sortent un peu plus tard que les livres imprimés. On attend, c’est tout !

Voilà, c’est « tout » pour ce petit bilan : je ne sais pas pour vous, mais je pense que la liseuse présente beaucoup plus d’avantages que d’inconvénients. C’est quand même à vous de vous faire une idée et de faire un choix !

En passant, pour ceux qui voudraient me dire : « Non, mais Anne, t’as oublié de dire qu’une liseuse c’est écolo ! » Bah… non. Enfin, pas non, mais pas oui non plus ! Je vous laisse sur un lien vers un autre article (c’est beaucoup mieux expliqué que si j’essayais de le faire), tiré du site Internet du journal 20 minutes. Notez que lorsqu’ils disent que les distances sont grandes aux États-Unis, c’est pareil au Canada (héhé, c’est un site français) ! Donc pour poursuivre votre lecture, cliquez ici ! (N’oubliez pas de me dire bonjour après)

J’espère que cet article vous aura ouvert les yeux (sans mauvais jeu de mots avec le nom de ma liseuse) ou même rendus plus compréhensifs envers les détenteurs de liseuses. Je ne le répèterai jamais assez, nous ne sommes pas contre les livres papier, loin de là ! Seulement, on y voit des avantages. Ne croyez pas non plus que je vous oblige à lire numérique… juste un peu (hihi, c’est pas vrai).

Merci de me continuer à me suivre ! Aimez-vous ce genre d’articles ? Si oui, dites-moi-le en commentaires. Vous pouvez également me dire quelle est votre expérience avec les liseuses. N’oubliez pas de vous abonner à mon infolettre et à mes réseaux sociaux pour poursuivre l’expérience Litterarum entre les critiques et articles. À la prochaine (lecture) !

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *