Broadway Limited tome 1

Coucou les lecteurs! Dans ma critique d’aujourd’hui, je vais vous parler de Broadway Limited par Malika Ferdjoukh. Il s’agit d’un livre que j’avais vu passer sur la chaîne de Alex bouquine en Prada et comme elle l’avait adoré et en avait parlé avec tant de passion, il m’avait immédiatement tapé dans l’oeil. Quelques mois plus tard, j’ai enfin pu me faire mon avis dessus, et le voici!

À son arrivée à la pension Giboulée à l’automne 1948, Jocelyn, dix-sept ans, Français, réalise l’ampleur de son erreur. Alors que son prénom est bien masculin lorsque prononcé dans sa langue, c’est tout à fait le contraire dans celle de Shakespeare : le voilà qui débarque donc dans un endroit exclusivement réservé aux filles! Par chance, il est pianiste, et cet atout lui permettra de rester à New York pour étudier à l’université. Pendant ce temps, tout autour de lui, les jeunes filles aux noms plus abracadabrants les uns que les autres font leur entrée dans le monde du théâtre, de la comédie musicale, de la danse et du cinéma. Quel est le destin américain du jeune Jocelyn?

Broadway Limited a été une franche déception et une lecture très difficile à compléter. Cerise sur le sundae, ce livre frôle le 600 pages, donc cela n’a pas pris qu’une seule journée!

À ma grande surprise, l’histoire de ce Broadway Limited n’est que très peu centrée autour de la vie de Jocelyn. Certes, il reste le personnage le plus “principal” de tous, mais dès que le quiproquo initial est passé, il n’occupe qu’une toute petite partie de l’intrigue. Nous suivons plutôt l’immense horde de filles de la pension Giboulée à travers leurs aventures de l’ère du swing. L’une cherche son père, l’autre un amoureux perdu, une autre cherche… dès le départ j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup trop de personnages et qu’il était très difficile de tous les suivre dans leur intrigues personnelles. En effet, cela rendait la lecture très difficile puisque 1) il fallait constamment se concentrer pour être capable de retenir une telle quantité d’informations, parce que 2) la ligne directrice du roman était très floue comme on suivait toujours un personnage différent de chapitre en chapitre ou même au coeur de ceux-ci. Au final, j’avais l’impression que c’était plus une collection d’histoires parallèles, rassemblée avec plus ou moins de logique sinon par la thématique des arts de la scène dans l’après-guerre américain, qu’une véritable oeuvre suivie. Comment décrire l’histoire véritable de Broadway Limited? Je ne saurais le faire.

Vous aurez donc compris que le chaos des personnages et de l’intrigue de ce roman ont fait que ma lecture a avancé assez lentement. Malgré tout, j’ai réussi à la terminer grâce à quelques éléments qui ont tout de même été étrangement appréciés de mon côté. En effet, la plume rigolote, turbulente et astucieuse de l’auteure est venue me surprendre. J’ai apprécié ses expressions originales, le mélange de l’anglais au français, et les inside jokes que l’auteure a créé tout au long du roman. D’où venez-vous? Paree. Ce genre de petit jeu revenait couramment durant le récit et je ne vous cacherai pas que j’ai apprécié développer une telle complicité avec l’auteure. 

Dans un autre ordre d’idées, il faut absolument que je vous parle de l’une des sous-intrigues qui m’a particulièrement touchée. Contrairement à la majorité d’entre elles, qui étaient contemporaines à l’arrivée de Jocelyn à New York, nous avons affaire vers la moitié du livre à une histoire dans le passé. Nous suivons Hadley, l’une des pensionnaires à Giboulée, lors de sa propre arrivée dans la ville. Premièrement, j’ai adoré la coupure que ce sous-récit a créé dans le roman. Si cela n’avait pas été de ce regain d’intérêt, je ne serais peut-être pas en train de vous parler d’un livre complété. Deuxièmement, j’ai été complètement happée par cette histoire, son atmosphère et ses personnages même si elle ne faisait qu’une cinquantaine de pages tout au plus. La preuve que, parfois, nous n’avons pas besoin de faire une grosse brique pour qu’on embarque… ahem ahem le reste du roman! Il suffit en effet de créer une intrigue dont la direction est claire. Une fois ce segment terminé, je n’avais qu’une seule envie, et c’était de savoir ce qu’Hadley allait vivre ensuite. Malheureusement, ce n’est pas un point très positif pour un roman qui suit autant de personnages, car cela signifie que je préférais grandement un élément à un autre, et que je lisais seulement pour en arriver à certains développements…

Au final, je suis tout de même contente d’avoir lu ce livre comme j’ai pu découvrir ce petit bout d’histoire qui a fait chavirer mon coeur… même si je n’ai au final fini ce livre que pour lui, et que ce dit dénouement complètement chaotique, sans aucune conclusion claire ni logique ne m’a pas du tout satisfaite. J’avais entendu dire que l’histoire s’améliorait avec les prochains tomes, mais je ne sais franchement pas vraiment si je vais me laisser tenter après cette déception amère. J’aurais tant aimé lire ce livre, qui a quand même une atmosphère qui a tout pour me plaire! Mais bon, que voulez-vous : on ne peut pas tout aimer, et cette fois, c’est tombé sur Broadway Limited. L’avez-vous lu? Qu’en avez-vous pensé?

Anne

3 Commentaires

  • avatar Karine dit :

    J’aime bien ce que fait l’autrice habituellement… dommage que ça n’ait pas fonctionné avec toi… Je n’ai pas lu celui-là par contre.

    • avatar Anne Larouche dit :

      Je n’ai jamais lu d’autres livres de cette autrice malheureusement, et je suis vraiment triste aussi!! Si jamais tu le lis je suis curieuse de savoir ton avis hihi:)

  • avatar Lucie P. gosselin dit :

    Curieuse de lecture cette fois…..
    Pour découvrir vraiment l’histoire avec les dernières 50 pages….
    Bravo pour avoir persister ta lecture jusqu’à la fin du livre…Avec ces 600 pages…..
    Cette lecture est très différente de tes autres concernant l’histoire…
    La plume de l’auteure t’a au moins surprise avec ses expressions originales….
    Il y a toujours du positif dans un livre qu’on apprécie un peu moins….
    Tu auras mieux dans les prochaines histoires de cette auteure probablement….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *