Arielle Queen tome 8

Arielle Queen tome 8

Mon appréciation

7 Qualité de l'intrigue

9 Cohérence du schéma narratif

9 Clarté du texte

10 Respect du genre

8 Appréciation de la trame narrative

Prenez note que 10 est excellent et 0, médiocre.

Je vous présente l’avant-avant-dernier tome de cette série incroyable. Elle a été écrite par Michel J. Lévesque.

Durant son combat avec la maléfique Hel, Arielle s’est transformée elle aussi en être démoniaque. Elle et toutes les autres élues de la lignée ont maintenant fusionné avec Hel, fille de Loki. Alors voilà l’élue, qui se battait pour la lumière et le bien change de camp et devient Arihel. Au lieu de suivre ses compagnons, Arihel décide d’aller à la rencontre de sa mère nécromancienne et de Mastermyr, son frère. Là-bas attend Angerboda. Dans le repaire de Loki, une surprise de taille attend Arihel… Pendant ce temps, les amis restés fidèles à la lumière quittent la fosse nécrophage d’Orfraie. Ael part rejoindre son maître, ce Kalev de Mannaheim. Alors que ce dernier vit dans le corps de Karl Sigmund, le duo se cache du général Sidero et de ses troupes dans les bureaux de la société Volsung. Là-bas, Jason Thorn et Tom Razan (il a bel et bien décidé de changer son nom en partie) sont confinés avec une toute nouvelle génération de chevaliers fulgurs. Est-ce que Geri et Freki seront capables de secourir cette bande de nouveaux combattants? Est-ce que cette Arihel est vraiment sous le contrôle de Hel? Les amis arriveront-ils à la sauver avant quelle prête allégeance à Loki?

C’est un peu sombre. Même si l’élément d’Arihel est vraiment captivant (je crois que c’est le moment où je préfère Arielle. Je sais, je sais, c’est nul, mais c’est vrai) ça n’empêche pas le livre au grand complet d’être un peu trop du mauvais côté de la force. De plus, je commence vraiment à ne pas aimer Ael — et Kalev. Elle a perdu toute sa personnalité des premiers tomes et c’est ennuyant qu’elle soit aussi bonne. Par contre, comme je l’ai déjà dit plus tôt, je trouve qu’Arihel est vraiment cool. C’est un élément intéressant, de découvrir l’autre camp. C’est formidable, car on peut apprécier les deux côtés, ce qui nous fera encore plus aimer le livre, puisque la fin en sera encore plus déchirante… J’approuve.

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *