Anne d’Avonlea

Mon appréciation

9 Qualité de l'intrigue

9 Cohérence du schéma narratif

9 Clarté du texte

10 Respect du genre

9 Appréciation de la trame narrative

Prenez note que 10 est excellent et 0, médiocre.

Voici la suite du premier tome de la série culte canadienne de Lucy Maud Montgomery! Si vous pouviez me dire il y a combien de tomes en tout, cela me ferait vraiment plaisir.

Anne revient de Queen’s pour devenir institutrice. L’été précédant son entrée sur le marché du travail, Anne fera la rencontre de M. Harrison, le nouveau voisin occupant l’ancienne ferme de la famille Bell, qui a déménagé plus loin. Grâce à une saute d’humeur du nouveau voisin et d’une gaffe de la part d’Anne, ils deviendront de bons amis. Mary, la cousine au troisième degré de Marilla est sur le point de mourir. Elle a des jumeaux qu’elle prétend envoyer à un oncle très sévère que les jumeaux ne connaissent même pas. Anne sera attendrie par cette histoire et demandera à Marilla de les accueillir à Green Gable’s. Une petite tornade dans Davy, tout le contraire de Dora, qu’Anne et Marilla qualifient « d’ennuyeuse ». Étant trop jeune pour aller à l’école, Anne n’aura pas le plaisir de les avoir dans sa classe. Un jour, Anne sera de très mauvaise humeur en classe, et elle remportera le respect de son élève le plus malcommode, Anthony Pye. Paul Irving, son élève préféré, sera effrayé; mais il s’en remettra bien assez vite. Les gens du village auront un bien mauvais avis de la S.A.V.A, le projet que les jeunes d’Avonlea ont mis sur pied. La société d’amélioration du village demandera de maintes fois à un certain Levi Boulter de détruire et reconstruire sa maison plutôt laide sur une colline, mais jamais il n’acceptera, la S.A.V.A étant trop ma vue par les habitants. La plus grande tempête de tous les temps éclatera à l’Île-du-Prince-Édouard, au grand plaisir du vieux Abe, qui l’avait prédit, car habituellement, toutes ses prédictions sont mauvaises. La tempête détruira la maison de Levi, au grand bonheur de tous les yeux cherchant de la beauté. Diana rencontrera l’amour de sa vie; Anne de son côté, rencontrera Mlle Lavandar par accident, comme avec M. Harrison. Un jour, Anne et Diana seront invitées à prendre le thé chez des amis, mais elles se tromperont de chemin et arriveront à l’habitation de Mlle Lavandar et Charlotta IV. Mlle Lavandar est une vieille fille oubliée du village depuis quinze ans, mais grâce à Anne, elle retrouvera son amoureux d’antan.

Cette critique est plutôt longue, mais c’est qu’il y a tellement de choses à dire sur cette magnifique série! J’adore tous les personnages — sauf les Pye, bien sûr — et Lucy Maud a une très bonne plume. Je conseille à tous!

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *