A Christmas Carol and other Christmas books

Bonjour les lecteurs! Aujourd’hui, je vous retrouve à nouveau pour vous parler d’un livre que j’ai lu dans le cadre des mes études. Cette fois-ci, il s’agit d’un classique de Noël : A Christmas Carol par Charles Dickens. Vous devinerez donc que je l’ai lu en anglais!

Le vieux Scrooge déteste Noël. Depuis de nombreuses années, il passe la fête de fin d’année seul dans sa maison, avec son or et sa mauvaise humeur. À la veille d’un Noël, un jour, viennent lui visiter trois fantômes différents : le fantôme des Noëls passés, présents et futurs. Et si ces rencontres surnaturelles changeait le point de vue du vieil homme sur cette fête?

Je pense bien que ce court résumé a suffit pour vous remettre en mémoire ce classique récit des Fêtes. Enfin, je dis classique, car nous avons tous déjà écouté des films adaptés de cette histoire, mais nous n’avons pas tous nécessairement lu l’histoire originale. Personnellement, c’était mon cas : ce n’est pas très glorieux, mais mon dernier souvenir de A Christmas Carol était l’adaptation cinématographique pour la franchise de Barbie. J’avais donc un certain chemin à faire, on s’entend!

Si vous avez bien porté attention au titre de ce recueil de nouvelles, vous aurez relevé le fait qu’il n’y a pas que A Christmas Carol dans cette édition de chez Oxford’s World Classics. Toutefois, uniquement la longue nouvelle dont je viens de vous faire le résumé était prévue à mon programme, et je n’ai pas eu envie de me plonger dans d’autres nouvelles. En effet, malgré les 80 pages seulement que composent cette histoire, c’en était déjà énormément assez pour moi. Tout d’abord, cela m’a pris au moins deux heures si ce ne sont pas trois pour passer à travers. Compte tenu du fait que ma vitesse de croisière habituelle avoisine les 80 ou les 90 pages l’heure dans la langue de Shakespeare (et plus vers 100 en français), je vous laisse deviner du niveau d’anglais présenté. Certes, c’était pour les cours, donc c’est justifié ; toutefois, je ne peux pas dire qu’au niveau “appréciation” ce soit très relevé.

Le style d’écriture et la façon avec laquelle l’histoire est racontée y sont pour beaucoup. Premièrement, Charles Dickens a la manie de faire des paragraphes constitués d’une seule phrase. Déjà que A Christmas Carol est composé de vieil anglais, les virgules et les compléments ne sont vraiment pas venus aider la situation. Deuxièmement, le récit étant évidemment un classique, son côté plus “carré” au niveau de son déroulement ne m’a pas beaucoup plu. Autrement dit, ce n’est pas du tout le genre de récit qui met dans l’ambiance de Noël, car c’est quasi-impossible de se plonger dans une atmosphère lorsqu’elle est inexistante! Je ne peux pas affirmer que ma lecture plus analytique que pour le plaisir ne joue aucun rôle sur ce point, mais je tenais malgré tout à vous le mentionner.

Bref, vous aurez compris qu’il a été très difficile pour moi de passer à travers cette lecture. Je vous parle tout de même de ce livre car je considère avoir donné assez d’efforts pour le considérer comme une lecture complète même si, au final, je n’ai même pas touché à plus de la moitié. Si ce n’était pas de l’obligation de le lire, je ne sais pas si je serais passée à travers toute la nouvelle… D’autant plus que je connaissais la fin (d’ailleurs, c’est toujours drôle de sentir qu’un récit est cliché alors que c’est littéralement la source des clichés… mais bon je m’emballe. Ah! Ah! Quel jeu de mots des Fêtes). Si vous souhaitez vous aussi poser les yeux sur l’histoire originale de A Christmas Carol, je vous le conseille si vous 1) appréciez les classiques, ça aide 2) êtes plus qu’à l’aise avec le vieil anglais OU avez mis la main sur une copie en français. Y a-t-il des gens dans la salle qui partagent mon avis sur cette nouvelle de Noël?

Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *